Opinion : Pourquoi la SuperLeague devrait regarder l’histoire de la NHL ?

PAR Jordan 20 AVRIL 2021 Commenter

Ce dimanche 18 avril, plusieurs journaux (dont le New York Times) se sont fait échos d’une volonté de certains clubs européens de football de faire sécession de l’UEFA et de fonder leur propre ligue : la SuperLeague. Si vous pensez que ce scénario est une première historique, vous vous trompez. Il a déjà eu lieu dans un hôtel de Montréal il y a plus de 100 ans et a donné naissance à une ligue qui pèse aujourd’hui 5 milliards de dollars : la National Hockey League. 

Effectivement, la NHL provient de l’envie de plusieurs propriétaires de se séparer de l’un de leurs homologues : Edward Livingston. La NHL est un produit d’une sécession et pour l’anecdote, à ses débuts elle n’était pas la seule ligue de hockey en Amérique du Nord. 

Les premières équipes de la NHL étaient exclusivement canadienne et sur la côte Est. Des ligues existaient aux Etats-Unis ainsi que sur la Côte Ouest de l’Amérique comme l’association de Hockey de la Côte du Pacifique. La Coupe Stanley revenait d’ailleurs au vainqueur de l’affrontement entre le gagnant de la NHL et celui de la PCHA. 

Lorsqu’on regarde l’histoire de la NHL, on se rend compte que la concurrence avec d’autres ligues fait partie de son ADN et que son avènement n’a pas entrainé la mort du hockey. La plupart des idées reçues sur la fondation de la SuperLeague trouvent échos dans des situations vécues par la NHL et les autres ligues. 

La NHL n’est pas la seule ligue de hockey en Amérique du Nord ni dans le monde

En se plongeant dans le passé des ligues américaines et principalement celui de la NHL on se rend compte que cette phrase est tout sauf une vérité générale 

La toute-puissance de la NHL est en réalité très jeune, elle ne date que des années 1990. Le hockey a été le théâtre d’affrontements féroces entre le bloc de l’Ouest et le bloc de l’Est. Si la ligue  représentait le plus haut niveau en occident, les joueurs soviétiques et de pays alliés de l’URSS n’avaient pas le droit d’y évoluer. De nombreuses légendes du hockey ont écrit certaines des plus belles pages de ce sport en ne foulant jamais les patinoires de la NHL. Encore aujourd’hui et malgré une récente domination des nord-américains, la nation la plus titrée reste la Russie, preuve de la qualité des joueurs. 

Sur son sol, la NHL a été contestée et à plusieurs reprises : par la PCHA, mais aussi l’AHA ou encore l’AMH (dont sont originaires certaines franchises de la NHL). A l’heure actuelle, et bien que la NHL soit effectivement devenue la ligue numéro une, d’autres ligues existent toujours sur le sol nord-américain comme l’American Hockey League. Elle est certes liée à la NHL mais reste tout de même indépendante. Il est aussi possible d’évoquer la KHL qui, sur certains marchés, comme l’Europe de l’Ouest, pourrait à terme, venir concurrencer la NHL. 

Dans d’autres sports, le CFB et la NFL coexistent bien et la présence de la NFL n’empêche pas la survie de la CFL ni la création de ligue comme la XFL en 2020. Si les ligues fermées modifient le paysage du sport, il ne s’éteint jamais complètement et les ponts entre ces ligues et d’autres sont plus perméables qu’on ne pourrait le croire. 

La NHL a déjà intégré des équipes issues d’une autre ligue 

En substance, la SuperLeague semble s’inspirer les ligues fermées américaines. Or le système de franchise empêche les équipes d’autres ligues d’intégrer la ligue comme bon leur semble. Les dernières expansions de la NHL obéissent plus à des logiques de conquête de marché qu’à une logique sportive ou de ferveur. Malheureusement, des villes comme Québec en font les frais et reste toujours sans franchise malgré une base de fan plutôt solide. 

Pourtant, Québec a eu une franchise en NHL : les Nordiques (les anciens Colorado Avalanche) et cette franchise n’est pas née dans la NHL. Les Nordiques, comme les Hartford Whalers (les anciens Carolina Hurricanes), les Edmonton Oilers et les Winnipeg Jets (les anciens Arizona Coyotes) sont toutes issues de l’AMH, une ligue concurrente de la NHL durant les années 70. Parmi toutes les franchises de la ligue, quatre ont pu rejoindre la NHL et elles y perdurent encore aujourd’hui. 

La SuperLeague emprunte plus de la NHL que de la NBA 

Les défenseurs de la SuperLeague n’hésitent pas à mentionner la NBA comme modèle du projet. Pourtant à bien y regarder, il est fort probable que la SuperLeague emprunte plus du modèle de la NHL que celui de la NBA et ceci pour une raison simple : la formation. 

En NBA comme en NFL, la formation est externalisée : les joueurs sont formés à l’université (ou en Europe) et sélectionnés via un processus de repêchage. De plus les deux ligues disposent d’un plafond salarial qui limite les dépenses de chaque équipe et assure une certaine équité entre les franchises.

Après ces quelques lignes, on comprend assez vite la principale source de différence entre la NBA et la SuperLeague : la formation. En football, la formation est assurée par les clubs eux-mêmes et certains centres de formation sont réputés comme bien plus performants que d’autres. Mais c’est aussi le cas en NHL, bien qu’il existe également un repêchage. Cependant ce repêchage ne fait pas tout et les joueurs sélectionnés (dans la grande majorité des cas) n’évoluent pas immédiatement dans la grande ligue. En effet, les franchises de hockey doivent constamment développer leurs joueurs en les faisant jouer dans d’autres ligues : comme l’AHL ou bien en les envoyant dans les ligues européennes. 

D’une certaine manière, le besoin de formation et de gain d’expérience des jeunes joueurs des franchises de la NHL pousse à la création et au maintien d’autres ligues, plutôt cocasse pour une ligue fermée…

La NHL a vécu sans plafond salarial ni repêchage

Le repêchage en NBA date de 1947, date de création de la ligue et est indissociablement lié à la ligue. En NHL, il n’arrive qu’en 1963, presque 50 ans après la création de la ligue. De plus, les premiers repêchages ne concernaient que quelques joueurs, une vingtaine tout au plus. Idem pour le plafond salarial qui bien qu’apparu dès 1917, a disparu pendant un long moment avant de revenir en 2004-2005. Des ligues fermées parviennent donc à exister sans ces deux composantes qui paraissent pourtant fondamentales.

Si ces évolutions ne sont plus remises en question en 2021, il est possible de faire une ligue fermée sans repêchage ni plafond salarial, du moins pendant une période donnée. L’absence de plafond salarial en NHL n’a pas forcément avantagé les gros marchés. Les Maple Leafs n’ont rien gagné depuis 1967, les Rangers n’ont rien gagné entre 1940 et 1994, et n’ont plus eu de titre depuis. Les Blackhawks ont dû attendre la fin des années 2000 avant de regagner un titre alors que leur dernier datait des années 60. 

A contrario, des équipes comme les Islanders, les Oilers ou les Devils ont pu aller chercher des titres dans les années 80 et 90, sans plafond salarial et malgré leur présence sur des marchés “secondaires”. 

Le sport est devenu un produit de consommation et les ligues s’adaptent 

La NHL est la doyenne des ligues américaines et du haut de ses 104 ans a été le théâtre de plein de modèles distincts. La plupart des “innovations” issues des ligues américaines, comme le système de ligue fermée, le plafond salarial ou le repêchage viennent d’évolutions nécessaires pour suivre les habitudes de consommation des spectateurs.

Le sport est à un tournant de son histoire, les habitudes de consommation changent et les média également. Les géants du net rêvent tous d’attirer le football, le basket, le football américain ou le hockey dans leurs filets. Dans un monde où l’offre est pléthorique et le temps de visionnage l’indicateur de performance roi, les ligues ne peuvent plus se permettre d’avoir des temps morts.

Quoi qu’il en soit, Florentino Pérez et ses amis devraient sans doute s’entretenir avec Gary Bettman, il se pourrait qu’il puisse leur dispenser quelques conseils avisés. Quant au football ou au hockey sur glace, ils sont des sports pas des ligues. Le hockey a vécu avant la NHL et continuera après sa mort, il n’y a pas de raison que la SuperLeague amorce la mort du football.

AUTEUR : Jordan

1 Commentaire

  1. Michel Duverney

    Comparer les « original six » de la NHL et ce que la ligue a accompli en un siècle aux « douze salopards » de l’éphémère « super league »qui ont voulu détricoter tout ce qui a été initié et accompli par l’UEFA à partir des années 50 avec l’avènement de la Coupe d’Europe des Clubs… c’est un peu fort de café….
    Gary Betmann a été l’initiateur de l’expansion de la NHL dans les années 90… pas de sa contraction…

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

DÉCOUVRIR LES ARTICLES SELON LES SPORTS

MLB

Major League Baseball

NBA

National Basketball Association

NCAA

National Collegiate Athletic Association

NFL

National Football League

NHL

National Hockey League

WNBA

Women's National Basketball Association

%d blogueurs aiment cette page :