Les conséquences de la date limite des échanges pour le Kraken

PAR Jordan 15 AVRIL 2021 Commenter

Si une personne a sans doute suivi avec une attention toute particulière la date limite des échanges, c’est sans doute Ron Francis, le directeur général du Kraken, la future franchise de la NHL. A maintenant moins de 100 jours du repêchage d’expansion qui permettra à la franchise de Seattle de se former la première équipe de son histoire, les effectifs sont maintenant figés. Les différents mouvements mais aussi les non-mouvements vont impacter la stratégie des différentes franchises concernant la protection des joueurs. 

En effet, chaque franchise (à part Vegas qui en est exempt) pourra protéger, au choix, soit sept attaquants, trois défenseurs et un gardien ou huit joueurs de champs et un gardien. Le fait de protéger sept attaquants s’appelle le système 7-3-1 tandis que le système permettant de protéger 4 défenseurs s’appellent le système 4-4-1. Ainsi une équipe qui souhaiterait protéger quatre défenseurs devrait sacrifier la protection de trois attaquants. 

L’arrivée de Jonas Siegenthaler aux Devils et le cas P.K Subban 

Conserver quatre défenseurs n’est pas sans conséquence, et les directeurs généraux ont appris de leurs erreurs avec le repêchage d’expansion des Golden Knights. Par exemple, en 2017, les Panthers avaient choisi le système 4-4-1 et n’avaient par conséquent pas protégé Jonathan Marchessault que Vegas s’était empressé de sélectionner. Une bien belle erreur des Panthers qui va sans doute servir de leçon aux directeurs généraux à travers la ligue. 

Cet état de fait nous amène aux Devils, avec l’arrivée de Siegenthaler, ils pourraient choisir de protéger quatre défenseurs : Jonas Siegenthaler, Damon Severson, P.K Subban et Will Butcher (ou Ryan Murray s’il prolonge avec la franchise) mais s’ils font ce choix, l’équipe se retrouverait à ne pouvoir protéger que quatre attaquants. Si Jack Hughes est exempté de repêchage, ce n’est pas le cas de : Nico Hischier, Andreas Johnson, Miles Wood, Jesper Bratt ou Pavel Zacha. Choisir le système 4-4-1 en sacrifie forcément un de ses cinq. Ces cinq joueurs sont jeunes, Johnsson le plus âgé n’a que 26 ans et ont des contrats avantageux pour la franchise. 

Plus qu’un choix de système, c’est avant tout une question qui va se poser aux Devils : la franchise veut-elle encore de P.K Subban ? Si le talent du joueur n’est pas à remettre en question, sa production depuis son arrivée dans le New Jersey est bien en dessous de celle qu’il avait à Montreal ou à Nashville. Avec un contrat de neuf millions de dollars par an, les Devils pourraient être intéressés par choisir de ne pas protéger Subban afin de conserver des joueurs, comme Will Butcher, avec des contrats plus avantageux pour la franchise. De plus, avec un tel contrat les perspectives d’échange sont tout de même minces. 

Haydn Fleury et les Ducks 

Avec l’arrivée d’Haydn Fleury à Anaheim, la franchise californienne se retrouve dans la même configuration que les Devils. Avec Cam Fowler, Hampus Lindholm et Josh Manson, l’équipe disposait des trois défenseurs qu’elle voulait conserver. Si elle souhaite conserver en plus Haydn Fleury, elle devra alors se passer de protection sur des jeunes joueurs comme Sam Steel ou Max Jones. 

Or ces joueurs peuvent intéresser une franchise comme le Kraken, ils sont jeunes, agent libre avec compensation et ne couteront pas très cher à signer et peuvent permettre de garder de la réserve sous le plafond salarial. Et même dans le cas où la Anaheim se décide à ne protéger que trois défenseurs, Haydn Fleury et son contrat à 1.3 millions de dollars par an est potentiellement plus intéressant que Kevin Shattenkirk et ses 3.9 millions. 

Mikael Granlund et Matthias Ekholm restent à Nashville 

Granlund et Ekholm faisaient partie des joueurs potentiellement échangés avant la date limite des transferts, mais il n’en fut finalement rien. Les bonnes performances des Predators ces derniers jours permettent à l’équipe de croire à une place en séries éliminatoires. La franchise a donc pris la décision de conserver ses deux joueurs. Si Granlund est effectivement agent libre à la fin de la saison, ce n’est pas le cas d’Ekholm qui est sous contrat jusqu’en 2022. Ainsi, si Nashville veut conserver Ekholm (ce qui semble être le cas), elle va devoir faire des choix pour conserver le système 7-3-1. En effet, le système 7-3-1 empêcherait la franchise de protéger Ryan Ellis et Dante Fabbro en plus des deux autres.  

Les Predators pourraient se laisser donc tenter par le système 4-4-1, mais la situation en attaque n’est pas plus réjouissante. En ne protégeant que quatre défenseurs, l’équipe devra faire des choix entre : Matt Duchene, Ryan Johansen, Filip Forsberg, Viktor Arvidsson, Luke Kunin et potentiellement Granlund s’il venait à être prolongé. Nashville ne fera surement pas l’impasse sur Forsberg ou Arvidsson mais cela laisserait que deux fauteuils pour trois joueurs : Duchene, Johansen et Kunin. Les deux premiers possèdent de gros contrats, 8 millions de dollars par an jusqu’en 2026 et 2025 mais reste des joueurs clés de l’organisation. Kunin, plus jeune, sera agent libre avec compensation en 2022 mais son contrat ne coute que 2.3 millions par an. 

L’arrivée de Sam Bennett aux Panthers 

S’il y a bien une franchise qui devrait éviter cette année le système 4-4-1, c’est sans doute les Panthers. La franchise va sans doute faire en sorte d’éviter un nouvel épisode “Marchessault” et va vouloir conserver un maximum de joueurs, d’autant plus qu’elle n’a pas forcément le besoin de protéger quatre défenseurs. Surtout, que cet effectif fonctionne bien et même mieux que ce que beaucoup attendaient. En revanche, l’arrivée de Bennett, surtout si lui aussi performe pourrait changer la donne du côté des Panthers. 

A l’heure actuelle les Panthers pourraient protéger ces sept attaquants : Jonathan Huberdeau, Alexander Barkov, Carter Verhaeghe, Patric Horqnvist, Frank Vatrano, Anthony Duclair, Alexander Wennberg. Une liste qui ne comporte donc pas Sam Bennett donc, alors que le joueur ne sera qu’agent libre avec compensation en 2021. S’il réalise de bonnes séries, les Panthers pourraient se laisser tenter mais cela se faire au prix de d’un des sept mentionnés plus haut. 

Ou alors, la franchise de Floride pourrait être plus audacieuse, en tentant de prolonger son gardien numéro deux, Chris Driedger agent libre à la fin de l’année. Si la place de numéro un revient de droit à Sergei Bobrovsky, les performances de Driedger parle pour lui : 2 buts encaissés par matchs, 93% d’arrêts et une fiche de 12-5-2. Mais ne pouvant protéger qu’un gardien (Bobrovsky), les Panthers n’ont pas forcément un grand intérêt à signer Driedger. Sauf si, William Zito, le directeur général des Panthers parvient à négocier un accord de non-sélection avec son homologue Ron Francis. Le Kraken pourrait alors se laisser tenter par l’idée de relancer (enfin de lancer) la carrière de Sam Bennett, ancien quatrième choix de repêchage. 

Le repêchage d’expansion va rythmer les décisions des directeurs généraux pendant l’été

Ces échanges ont donc fait bouger beaucoup de lignes dans la ligue et pour le Kraken. Certaines extensions de contrat pourraient de nouveau rebattre les cartes. Par exemple si Taylor Hall venait à s’entendre à long terme avec les Bruins, la liste de joueurs protégés par Boston évoluerait mécaniquement. Une chose est sûre, ce repêchage d’expansion va rythmer l’été de la ligue … 

AUTEUR : Jordan

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

DÉCOUVRIR LES ARTICLES SELON LES SPORTS

MLB

Major League Baseball

NBA

National Basketball Association

NCAA

National Collegiate Athletic Association

NFL

National Football League

NHL

National Hockey League

WNBA

Women's National Basketball Association

%d blogueurs aiment cette page :