Les Agents NBA de T.F.A vous livrent leurs prédictions pour la saison 2020-21

PAR La rédaction 22 DéCEMBRE 2020 Commenter

Ce soir, c’est la grande fête de la gonfle orange avec le retour de la NBA. Deux affiches au programme exceptionnelles : Nets-Warriors et Lakers-Clippers. Les Agents NBA de The Free Agent ont sorti leur boule de cristal, lu dans le marc de café pour vous donner leurs prédictions sur la saison 2020-21. Vainqueur, finaliste, Rookie de l’année, MVP tout y passe !

Qui remportera le trophée Larry O’Brien fin juillet ?

Maxime : Une finale Lakers-Nets

Pour le vainqueur on ne sera pas original: les Lakers de Los Angeles
Non seulement ils ont conservé leur deux stars, Lebron James et Antony Davis qui ont prolongé, ils ce sont renforcés. En effet avec les arrivées de Denis Schroder et Marc Gasol ils ont trouvé deux pièces qui leur manquaient. Le back to back est plus qu’une probabilité aucune équipe ne semble mieux armée.

Pour le finaliste: Les Nets de Brooklyn
C’est un pari sur le fait que les stars vont jouer ensemble. On peut penser que Kevin Durant et Kyrie Irving veulent tout faire pour allez au titre. Autour d’eux il y a des joueurs expérimentés comme DeAndre Jordan ou Jamal Crawford. Enfin les jeunes joueurs de l’année dernière vont compléter cette effectif.

Michaël : Un remake de 2020

Ouest : Il n’y a personne pouvoir se mettre en travers des Lakers. Même si l’effectif a été modifié, le duo All-Star va porter l’équipe encore une fois et se connait encore mieux. Il sait jouer ensemble (complémentaire) , il sait aussi cibler et combler des failles momentanées quand cela se fait sentir.

Les nouveaux venus sont expérimentés, talentueux et savent se fondre dans un collectif. Franck Vogel est un coach intelligent et qui sait insuffler un état d’esprit défensif, important en PO.

Les concurrents les plus sérieux, les Clippers ont une équipe moins homogène et ne sauront pas garder le collectif pour aller au bout selon moi.

Est : Miami était un peu la surprise à l’est la saison dernière, elle ne le sera pas cette année. Eric Spolstra est dans le top 5 des coachs NBA, il a une équipe taillé pour les PO qui sait jouer dur, des joueurs finalistes en 2020, et l’équipe a les ressources sur le banc pour relayer le 5 majeur.

Brooklyn va louper la finale de peu, le collectif n’est pas encore huilé. Milwaukee n’a pas une équipe taillé pour les playoffs je pense.

Nicolas : Les Lakers pour le repeat

Du côté de la conférence Ouest, les Lakers ont les clés en main pour conserver leur titre. En effet après avoir prolongé leurs stars Lebron James , Anthony Davis et Kyle Kuzma, les californiens ont réussi à palier au départ de Rondo, Howard avec les arrivées successives de Schröder, Montrezl Harrell et Marc Gasol. Talen Horton-Tucker pourrait être un joueur important dans la rotation, lui qui a montré de belles choses durant cette pré-saison.

A l’Est la compétition sera plus rude avec des équipes comme Milwaukee, Miami, Brooklyn ou encore Boston. Mais si le duo Irving-Durant est épargné par les blessures et que les deux joueurs retrouvent leur véritable niveau, alors les Nets pourraient atteindre les finales. Les deux stars de Brooklyn pourront compter sur l’aide de joueurs tel que Dinwiddie, Levert ou encore Jordan pour les épauler. Cette équipe a une profondeur de banc assez impressionnante, peut être le banc le plus complet à l’Est. Kevin Durant est le joueur typique qui peut emmener une équipe sur la plus haute marche. Et Irving et Durant savent comment atteindre des Finales NBA.

Vainqueur : Los Angeles Lakers

Les coéquipiers de Lebron qui ont goûté au plaisir d’être champion, feront tout pour réaliser le doublé. L’équipe a quelque peu changé durant l’intersaison, mais on a vu durant les matchs de préparation que l’alchimie était toujours là, la preuve en remportant ses 4 matchs dont deux sans leur duo James-Davis face aux Clippers. Anthony Davis est prêt comme on a pu le voir lors du dernier match des Lakers, où il à mis 35 points. La profondeur de banc sera un facteur important durant les playoffs, et de ce côté les Lakers sont assez bien fournis avec Harrell, Horton-Tucker, Matthews ou encore Caruso. Cette équipe a tout les ingrédients pour conserver sa couronne.

Sylvain : Une première pour les Clippers

Les Los Angeles Lakers, champions en titre, partent grandement favoris dans la course à la conférence Ouest mais aussi à leur propre succession pour le trophée Larry O’Brien. À juste titre vu leur roster. Mais, après une saison plus que décevante, je veux croire à une réaction dès cette saison des Clippers.

Avec Tyronn Lue comme nouvel entraîneur et les arrivées des vétérans Serge Ibaka et Nicolas Batum, la franchise de Steve Ballmer devrait à coup sûr jouer les premiers rôles. Souvent moquée pour son incapacité à atteindre une finale de conférence à l’ouest, je mise donc sur le challenge et la capacité de réaction des coéquipiers de Kawhi Leonard et de Paul George pour déjouer cette très mauvaise habitude.

En face, dans la conférence Est, je pense qu’entre le nouveau coach Steve Nash, la profondeur du banc et les qualités intrinsèques des joueurs de l’effectif, les Brooklyn Nets peuvent atteindre les finales NBA dès cette saison. Portés par un Kevin Durant déjà en très grande forme lors des matchs de pré-saison, et un Kyrie Irving qui enchaine lui aussi des performances solides au fil des semaines, les Nets se positionnent officiellement comme un candidat sérieux au titre.

Fin juillet 2021, le trophée Larry O’Brien retourne donc au Staples Center de Los Angeles pour la deuxième année consécutive, mais cette fois-ci pour garnir les vitrines des Clippers de Kawhi Leonard & Co.

Damien : un classique en finale

Vainqueurs : Los Angeles Lakers

Les Lakers sont le favori incontournable de la conférence Ouest, ils ont conservé leurs cadres, prolongés : Kyle Kuzma et Anthony David et on su se renforcer avec les arrivées de Montrezl Harrell qui va venir renforcer la raquette de la franchise de Los Angeles. Et Dennis Schröder qui sort d’une excellente saison au poste de meneur comme doubleur de Chris Paul à OKC et qui va venir renforcer un domaine du jeu qui posait des problèmes aux Lakers : la mène. Au final, les Lakers sont en encore meilleure position pour remporter le titre que l’an dernier.

De leur côté les Celtics qui se sont inclinés en finale de conférence contre Miami reviennent avec le même cinq majeur. Forts de leur échec l’an dernier ils auront à cœur de se rattraper. L’arrivée de Payton Pritchard d’Oregon vient donner une profondeur intéressante à la mène de la franchise de Boston. C’est un domaine qui leur avait fait défaut l’an dernier.

Simon : Les Lakers éteignent les Raptors

À l’Ouest, une seule équipe a le véritable calibre de prétendant au titre : les Lakers. Avec un effectif qui s’est renforcé à l’intersaison, il serait surprenant de ne pas voir Los Angeles en finales NBA cette année.

À l’Est, c’est un peu plus compliqué. Milwaukee finira certainement en tête en saison régulière or pour ce qui est des playoffs, l’aventure risque de se compliquer. Comme c’est le cas depuis deux saisons, les Bucks ne parviennent pas à atteindre les finales NBA (1-4 contre le Miami Heat et 2-4 contre les Toronto Raptors).

C’est pourquoi je vois les Raptors en finales de NBA cette saison. Au delà d’avoir un cinq majeur très complet, Toronto bénéficie d’un banc exceptionnel. Cette profondeur d’effectif a été et sera pour moi l’élément déterminant du succès en playoffs des Raptors. Toutefois, face aux mastodontes du Staples Center, les chances de victoires des canadiens demeurent faibles.

Matthieu : Les Lakers en 6 matchs

Favoris à leur propre succession, on voit mal ce qui pourrait empêcher les Lakers d’accéder au Graal cette année encore. La franchise peut se targuer d’avoir effectué le meilleur recrutement de l’intersaison : l’arrivée des 2 meilleurs 6th men de la ligue, Montrezl Harrell et Dennis Shröder complète un arsenal offensif plus qu’étoffé. Wesley Matthews remplace parfaitement un Danny Grenn en perdition lors des dernières finals et Marc Gasol apportera sa défense et sa lecture du jeu en attaque. Dernier tour de force du front office, la prolongation récente de Kyle Kuzma a un prix très avantageux permettra d’aborder la saison sereinement.

Tout ce petit monde semble donc prêt à accompagner jusqu’au titre le tandem James-Davis ; sans conteste l’un des duos les plus talentueux de la ligue mais surtout le plus complémentaire…Les planètes semblent donc alignées pour les angelinos…

Eliminés prématurément après avoir dominé les deux dernières saisons régulières, nous voyons bien les Bucks franchir la dernière marche les séparant des Finals. Fort du recrutement de Jrue Holliday, Mike Budenholzer semble disposer d’un véritable « big three » pour garder une longueur d’avance sur la concurrence dans la Conférence Est. Mais cela risque de s’avérer encore un peu juste face à l’armada californienne….

Qui pour succéder à Giannis Antetokounmpo ?

Maxime : Luka Doncic

Certainement le joueur le plus attendu cette année, Luka Doncic sera le MVP de cette année. Il a toutes les qualités pour être le joueur de l’année. Il a battu tous ses records personnels l’année dernière. Il joue dans une équipe qui sera un candidat dur à gérer dans les play-offs. Il est le candidat numéro 1 au titre de MVP.

Michaël : Giannis Antetokounmpo

Giannis, parce que vu son talent et vu que l’équipe est construite pour le faire briller lui, il aura toujours les plus grosses stats et l’équipe finira certainement dans le top 3-4 encore cette saison.

Les concurrents : pour Doncic, son équipe ne gagnera pas assez de matchs, LeBron James et Davis seront pas loin derrière Giannis, on se sait pas encore où sera James Harden….

Nicolas : Anthony Davis

Davis se sent bien à Los Angeles, la preuve avec sa prolongation pour les 5 prochaines années. Son entente avec Lebron James est au beau fixe. Tout les voyants sont verts pour que la star des Lakers réalise une saison pleine. L’ancien joueur des Pelicans devrait être le joueur en attaque sur qui les Lakers vont compter. Même si Lebron a remporté le titre de MVP des finales, Davis a réalisé des playoffs exceptionnels avec 27,7 points et 9,7 rebonds de moyenne par match. Fort de ses 8 années d’expérience au sein de la Ligue, The Unibrow n’a jamais glané le trophée de MVP, un objectif qu’il garde dans un coin de sa tête. Le favoris du côté des spécialistes américains reste Luka Doncic mais une grosse saison des Lakers pourrait placer AD en haut de la liste.

Sylvain : Luka Doncic

Après deux titres consécutifs de MVP dans la ligue, Giannis Antetokounmpo va devoir céder sa place car c’est le moment de la transition. Et le futur à un nom : Luka Doncic. Ses statistiques sont phénoménales et il est déjà tout proche des plus grandes légendes de la NBA. À tout juste 21 ans, le prodige slovène représente l’avenir de la ligue et va certainement en marquer l’histoire durant les 10 prochaines années, au minimum.

Cette saison il a permis à Dallas d’aller en playoffs et d’être l’une des meilleures équipes offensives de la NBA. 35 points, 10 rebonds et 11 passes décisives en 25 minutes, triple-double historique, plus jeune joueur a inscrire un buzzer beater en en playoffs… Luka Doncic ne cesse d’impressionner et sa marge de progression est encore énorme. Son nom est déjà cité aux côtés des plus grands joueurs de la ligue.

Le meneur, qui est encore sur son contrat rookie, peut à mon avis dès à présent aller chercher le titre si convoité de MVP.

Autres prétendants : Kevin Durant, Damian Lillard & Anthony Davis

Damien : Le three-peat de Giannis

Avec son nouveau contrat Super Max, le Grec n’a plus le droit à l’erreur, il revient cette année plein de motivation pour prouver qu’il est bel est bien le meilleur joueur de la ligue.

Simon : Anthony Davis

La bataille pour le titre de MVP risque elle aussi d’être rude. Même si Luka Dončić serait pressenti comme favori, son potentiel sacre dépendra des performances collectives des Mavericks au sein d’une conférence extrêmement compétitive. Ce sont les raisons pour lesquelles il sera compliqué pour Stephen Curry, Kevin Durant ou James Harden de rafler la mise.

Le duel se jouera donc entre LeBron James, Anthony Davis et Giannis Antetokounmpo. Le grec est en mesure de réaliser un three-peat, toutefois c’est grâce à la baisse de régime (relative) du King et à la domination de la meilleure conférence qu’Anthony Davis pourrait cette saison soulever le trophée.

Matthieu : la passe de cinq pour LeBron James

A la lutte avec Giannis Antetokounmpo pour l’obtention du trophée l’année dernière, LeBron James nous apparaît comme le favori pour la saison à venir. Il sera très dur pour Giannis de séduire à nouveaux les journalistes pour réaliser la passe de trois ( du jamais vu depuis Larry Bird en 84-85-86) et sauf catastrophe, les Lakers devraient figurer en très bonne position à la fin de la saison. 

Même si Lebron partage de plus en plus le leadership avec Anthony Davis, son aura et son QI basket (meilleur passeur de la ligue la saison dernière ) devraient lui accorder un petit avantage sur ce dernier. Mine de rien, le dernier sacre de Lebron en tant que MVP remonte à 2013 et lors des 7 dernières saisons il a figuré dans les 3 premiers à 5 reprises…Nul doute que même de manière inconsciente, les votants auront à l’esprit que la fenêtre d’opportunité pour décerner à Lebron une dernière distinction individuelle commence à lentement se refermer. Ils se saisiront peut être de cette dernière occasion .

Qui sera l’étoile montante de la NBA ?

Maxime : Killian Hayes

Killian Hayes va débuter comme starter dans le cinq majeur. Dans une équipe, certes très faible, le jeune français a déjà montré tout son talent au poste de meneur. Le mentor Derrick Rose va lui apporter toute son expérience d’ancien MVP. Le joueur est prés à assumer son rôle de meneur. Il sera dans la discussion pour être Rookie de l’année.

Michaël : LaMelo Ball

L’équipe a besoin de son talent tout de suite, il va prendre les rennes de l’équipe, va beaucoup jouer et donc beaucoup se montrer

Nicolas : LaMelo Ball

Le dernier de la fratrie Ball drafté en 3ème position par les Hornets a tout pour réussir à Charlotte. Même si il doit travaillé encore son shoot, il a une vision du jeu et un sens de la passe assez remarquable pour un rookie. Il devrait avoir les clés du jeu des Hornets cette saison, si il progresse au tir il pourrait être une machine à double-double.

Sylvain : James Wiseman

Le pivot de 19 ans sélectionné en deuxième position cette année par les Golden State Warriors est dans une situation idéale avant ses premiers pas en NBA. En l’absence de Klay Thompson, James Wiseman devrait avoir un rôle important dès cette saison, et son association avec Stephen Curry risque d’être très intéressante. Et comme, depuis quelques années maintenant, la principale faiblesse des Warriors se situe l’intérieur, on peut dès maintenant penser qu’il va réussir à combler ce manque rapidement.

La seule interrogation pour moi reste le fait que l’on ne l’ait pas beaucoup vu cette année (seulement trois matchs avec les Tigers de Memphis), mais il semble que James Wiseman soit déjà prêt pour la grande ligue. Grand, athlétique et doué des deux côtés du parquet, il sera également très intéressant pour les rebonds et les blocs. L’entraîneur Steve Kerr s’est même permis une comparaison avec “l’Amiral” David Robinson il y a quelques jours.

S’il arrive à trouver sa place rapidement dans la rotation, James Wiseman pourrait jouer un rôle essentiel dans l’attaque des Warriors Si tel est le cas, alors il sera candidat déclaré pour le trophée 2021 de Rookie of the Year.

Autres prétendants : LaMelo Ballo & Tyrese Haliburton

Damien : Obi Toppin

Obi Toppin, choisi en huitième position de la Draft va s’imposer dans une équipe des Knicks qui a terriblement besoin de lui. Ses qualités physiques dans la raquette vont lui permettre d’avoir un impact pour la franchise de New York. On peut regretter que le MSG ne sera pas plein cette année, car les fans de New York lui auraient réservé un accueil comme ils en ont le secret.

Simon : Cole Anthony

La Draft 2020 a été une draft pleine de surprises. Il est en effet rare de voir un premier choix de draft ne pas être pressenti titulaire et aussi peu hypé qu’Anthony Edwards. Auteur d’une pré-saison compliquée, il faudra au moins une saison à l’ancien du Crimson Tide d’Alabama pour briller.

Il me paraît aussi compliqué de voir LaMelo Ball être élu ROTY avec le volume de jeu qu’il a pu proposer lors des matchs de pré-saison : turnovers, passes fantasques et adresse catastrophique. Les pépins physiques de James Wiseman ne devraient pas lui permettre d’être à 100% sur l’ensemble de la saison, il est donc peu tangible de voir le pivot rookie remporter le trophée.

Auteur d’une pré-saison convaincante dans un franchise où il aura du temps de jeu, Cole Anthony me paraît être le candidat adéquat pour remporter le titre. Rappelons que sans ses complications physiques, le jeune meneur aurait très certainement été drafté bien plus haut.

Matthieu : La surprise Théo Madelon

Portés aux nues il n’y a pas encore 2 ans, Théo Maledon semble avoir bien digéré la déception d’être drafté si bas (2ème tour, 34 ème choix ). Au sein d’un cuvée rookie plus faible que celle de l’année dernière où peu de first picks semblent assurés de figurer parmi les titulaires, Madelon du haut de ses 19 ans, semble être le plus « NBA ready ».

Leader aux points et en minutes jouées parmi les rookies durant la présaison, il se verra à coup sur donner sa chance par un Thunder en pleine reconstruction. Complet, adroit de loin, il a joué juste et a fait le buzz aux states où beaucoup voient en lui le “steal”  de cette draft, voire de ces dernières années. Si son physique le laisse tranquille et si il ne manque pas trop d’exposition à Oklahoma City, on pourrait bien reparler de lui en juin prochain.

Qui sera le défenseur dont tout le monde a peur ?

Maxime : Rudy Gobert retrouve sa courrone

Il ne devrait pas y avoir de surprise à ce niveau. Le joueur, déjà récompensé 2 fois en 2018 et 2019, a affirmé que ce titre était son objectif personnel numéro 1. Il vient de signer un contrat max qui prouve la confiance de la direction dans ce joueur. Il a toutes les qualités pour retrouver son titre.

Michaël : Rudy Gobert III

Il est vexé de pas avoir eu le titre la saison dernière. Comme la saison d’Utah risque d’être plus compliqué cette année, il va se concentrer sur ses stats. Giannis va viser le triplé pour le titre de MPV. Je pense pas qu’il pourra refaire le doublé MVP-DPOY. Bam Adebayo sera deuxième dans les votes.

Nicolas : Rudy Gobert

Le pivot français qui a signé ce dimanche une prolongation record pour un joueur de son poste avec un contrat de 205 M$ sur 5 ans chez le Jazz, voudra répondre aux attentes de sa franchise. En effet du coté de Utah on attend de lui qu’il continue à faire régner sa loi en défense. Déjà récompensé par deux fois du trophée de défenseur de l’année ( 2018 et 2019 ), Rudy voudra retrouver son titre perdu la saison dernière au profit du grec Giannis Antetokounmpo. Les attaques adverses sont prévenus la muraille Gobert sera plus que jamais difficile à franchir.

Sylvain : Joël Embiid

S’il reste en bonne santé durant toute la saison, alors c’est enfin le bon moment pour le pivot camerounais de briguer ce titre qu’il recherche depuis son entrée en NBA. Revanchard au sortir d’une saison décevante à bien des aspects, Joel Embiid doit maintenant franchir une étape dans sa carrière. Avec une moyenne de 23 points, 11,6 rebonds, 3 passes décisives et un contre par match, le pivot des Sixers de Philadelphie affiche de très belles statistiques mais doit encore pouvoir faire plus au vu de son incroyable potentiel.

Avec un nouveau coach en la personne de Doc Rivers et l’arrivée de shooters référencés tels que Seth Curry et Danny Green, Joel Embiid va pouvoir se consacrer davantage à son rôle défensif et ne plus être obligé de marquer autant qu’il a pu le faire durant les précédentes saisons. Un nouveau rôle qui devrait mieux lui convenir. Enfin, avec l’ajout de Dwight Howard en backup, Joel Embiid va pouvoir profiter des précieux conseils d’un joueur Hall Of Fame dont le parcours présente de nombreuses similitudes.

C’est l’année du changement pour Philly et cela passe par des grandes performances individuelles. Dans ce contexte, je vois Joel Embiid remporté son premier titre de Defensive Player Of The Year cette saison.

Autres prétendants : Rudy Gobert, Anthony Davis & Bam Adebayo

Damien : Rudy Gobert

Ce n’est pas un gros risque de sélectionner le pivot français, tant ce titre de joueur défensif de l’année a été associé à son nom. Les Jazz lui ont fait confiance alors que l’on pensait qu’il irait voi ailleurs, Rudy Gobert sera de retour plus fort que jamais pour les Jazz qui vont jouer les trouble-fête de la conférence Ouest.

Simon : Anthony Davis

Remporté par Giannis la saison passée, le trophée de Défenseur de l’année devrait lui aussi changer de main cette saison. Auteur d’une saison époustouflante sur le plan défensif (1.5 interception, 2.3 contres et 9.3 rebonds), Anthony Davis est mon favori pour remporter le DPOY. Même si Rudy Gobert et Giannis Antetokounmpo sont des candidats plus que sérieux, l’intérieur de 27 ans arrive à maturité dans une équipe très efficace défensivement.

Matthieu : Anthony Davis

Deuxième de l’exercice précédent, Anthony Davis est le candidat idéal pour la saison à venir. Ultra mobile, excellent contreur et intercepteur ; ses qualités défensives ont encore été mises en avant lors des dernières NBA Finals. Son association avec Marc Gasol devrait faire de la raquette des Lakers une forteresse imprenable. Son rayonnement au sein de l’excellente défense collective de LA (3ème équipe de la ligue pour le plus faible nombre de points encaissés), devrait être synonyme de récompense cette année.

AUTEUR : La rédaction

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

DÉCOUVRIR LES ARTICLES SELON LES SPORTS

MLB

Major League Baseball

NBA

National Basketball Association

NCAA

National Collegiate Athletic Association

NFL

National Football League

NHL

National Hockey League

WNBA

Women's National Basketball Association

%d blogueurs aiment cette page :