fbpx

Week 12 – Sunday Night Football : Festival offensif des Packers face aux Bears

PAR Mickael Machado 30 NOVEMBRE 2020 Commenter

C’était le dernier match de notre dimanche de football américain. Les Packers recevaient les Chicago Bears au Lambeau field pour un duel décisif pour les playoffs. Les deux équipes de la NFC Nord avaient besoin de gagner, l’une pour espérer et l’autre pour presque sceller son ticket pour les playoffs. Voici d’un peu plus près ce qu’il s’est passé.

Green Bay Packers 41 – 25 Chicago Bears

Ce sont les locaux qui vont débuter les hostilités en inscrivant leur premier touchdown du match dès leur premier drive. Après une bonne alternance entre passes et courses, Aaron Rodgers va trouver la faille dans la défense des Bears. Avec tout le temps du monde dans sa poche, il lance une passe laser au milieu de la endzone pour Davante Adams qui termine le travail.

Un touchdown qui marque le début du calvaire pour les Bears qui vont signer une première mi-temps horrible. Chicago essaie de répondre et c’est David Montgomery qui sonne la charge avec un très bon run de de 57 yards au milieu de la défense des Packers. Ce sera malheureusement le seul coup d’éclat des Bears dans ce début de match.

Les Bears se contentant de seulement trois points, ce n’est pas le cas de Green Bay. La franchise du Wisconsin signe deux touchdowns coup sur coup. Le premier par l’intermédiaire de Marcedes Lewis, bien trouvé côté gauche de la endzone.

Le deuxième intervient après une erreur de Mitchell Trubisky, le quarterback de Chicago. Aux portes de la endzone, il se fait intercepté par Darnell Savage. Une aubaine pour Rodgers qui se charge de remonter tout le terrain pour aller délivrer une offrande sur un pied à Allen Lazard.

Les Bears complètement hors du coup vont s’autodétruire définitivement sur l’action suivante. Comme si cela ne suffisait pas, le duo Za’Darius Smith, Preston Smith va forcer un fumble recouvert par le second qui se charge de le transformer en touchdown. 27-3, un massacre en règles durant ce début de rencontre.

Un véritable festival offensif et défensif sur cette première mi-temps pour Green Bay. Outre les erreurs des Bears, l’attaque des Packers réussit à trouver le bon dosage entre jeu de courses et jeu de passes durant toute la rencontre. Elle termine d’ailleurs avec 182 yards courus et 211 à la passe.

Allen Robinson va bien réduire un peu l’écart avant le retour aux vestiaires mais c’est un maigre lot de consolation après autant d’approximations. Hormis les problèmes offensifs, les Bears ont aussi eu toutes les peines du monde à mettre la pression sur Rodgers. Un fait parlant et montrant leur impuissance : Chicago ne réalise aucun sack de toute la rencontre.

Le reste du match est à l’image de la première mi-temps. Les Packers ajoutent deux autres touchdowns pour boucler le score. Le premier, un véritable bijou du duo Rodgers – Robert Tonyan, sur une passe profonde. 33ème touchdown lancés par Rodgers cette année et qui pourrait aller titiller son record de 45.

Jamal Williams se charge ensuite d’alourdir le score et de boucler le score au tableau d’affichage pour son équipe avec 41 points au total.

Pour les Bears, Allen Robinson et David Montgomery améliorent un peu la peinture en marquant chacun leur tour. Des touchdowns qui ne changent rien à la prestation des joueurs de Chicago et qui ne servent qu’à éviter un écart trop important au score.

Victoire décisive des Packers qui creusent l’écart au sein de leur division et qui peuvent déjà commencer à regarder vers les playoffs. Pour les Bears, c’est la 5ème défaite d’affilée. Une défaite qui fait mal et qui n’augure rien de bon pour la suite.

Côté Packers, on retrouve un jeu équilibré qui peut mettre à mal n’importe quelle défense. Entre deux coureurs extrêmement forts (Jones et Williams) et un Rodgers stratosphérique hier, difficile de défendre. La défense a elle aussi été à la hauteur hier, ce qui n’avait pas forcément été toujours le cas cette saison.

Il faudra voir si les Packers peuvent conserver cette régularité dans leur jeu. Si c’est le cas, ils seront un candidat sérieux au mois de janvier. S’ils retombent dans leurs travers comme face aux Buccaneers en début de saison, alors aucune chance de les voir lutter pour le trophée Lombardi.

Au rang des performances :

  • Aaron Rodgers (GB) : 211 yards à 21 sur 29, 4 touchdowns
  • Mitchell Trubisky (CHI) : 242 yards à 26 sur 46, 3 touchdowns, 2 interceptions

AUTEUR : Mickael Machado

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

DÉCOUVRIR LES ARTICLES SELON LES SPORTS

MLB

Major League Baseball

NBA

National Basketball Association

NCAA

National Collegiate Athletic Association

NFL

National Football League

NHL

National Hockey League

WNBA

Women's National Basketball Association

%d blogueurs aiment cette page :