Draft NBA : quel bilan pour Zion Williamson ?

C’est aujourd’hui le grand jour de la Draft NBA 2020. Jour tant attendu car reporté déjà à cause de la pandémie. Ce sera une Draft forcément spéciale car elle se tiendra en ligne à distance. Mais aussi car le tournoi March Madness durant lequel on a la chance d’observer les futurs grands joueurs qui seront choisis dans la Draft NBA en action a été annulé.

On attend avec grande impatience de savoir qui sera choisi en première position. Cette place dans la Draft va définir pour toujours celui qui sera choisi. On le retiendra comme le « 1st pick » et tout ce qu’il fera sur le terrain sera alors particulièrement suivi. L’an dernier c’est sans aucune surprise que Zion Williamson a été choisi en première position, devant Ja Morant et R.J Barrett. Avant la nouvelle édition de la Draft NBA nous vous proposons un bilan du premier choix de la dernière Draft.

Un contexte très difficile pour commencer

La première saison de Zion Williamson restera dans l’histoire pour des raisons notamment qui le dépassent. La saison dernière en NBA a dû être arrêtée pour cause de pandémie. Ce hiatus forcé a laissé ce qui avait été joué avant cet arrêt complètement ou presque de côté.

Les joueurs de NBA se sont en suite retrouvés dans une « bulle sanitaire » à Orlando. Dans cette bulle, le protocole sanitaire était très lourd, d’ailleurs lorsque Zion s’est absenté pour raisons familiales, il a dû s’isoler et être testé régulièrement à son retour. Il est évident que commencer sa carrière dans de telles conditions n’est pas le début rêvé. En plus de la pression d’être le premier choix de la Draft, il faut faire face à une pandémie qui a frappé de plein fouet la NBA. Là où d’autres ligues ont eu la chance d’avoir terminé leur saison avant le début des mesures mises en place et de l’explosion du nombre de contaminations.

Un début de carrière retardé à cause de blessures

C’est peut-être le point le plus négatif de Zion. Il est terriblement sujet aux blessures. Sa dernière année à l’université du côté de Duke avait été gâchée par une blessure contre North Carolina.

Son entrée en scène en NBA a été retardée à cause d’une blessure au ménisque. Il aura fallu attendre janvier pour le voir commencer. Et en tout, 44 matchs, mais l’attente a valu le coup car son début avec les Pelicans a été réussi.

On voit bien, dès ses débuts, toute la palette offensive de Zion: ses appuis bondissants, son physique terriblement imposant. Sa capacité à être un rebondeur décisif et en plus de cela, sur ce match, il s’est parfaitement illustré au tir à trois points. Même si son équipe n’a pas réussi à l’emporter face aux Spurs (121-117).

Ce sont ces qualités qui le rendent exceptionnel, qui font que Zion est un joueur comme on en a très peu vu. Notamment lorsqu’il était à l’université du côté de Duke, sa domination physique était totale. Mais c’est aussi son point faible. Son jeu basé sur des appuis forts, sa façon de se déplacer sur le terrain où on a l’impression qu’il rebondit littéralement tellement il est puissant est vraiment unique pour quelqu’un de son gabarit. Mais évidemment cela pèse sur le corps et sur ses genoux.

Une montée en puissance

Zion a continué son entrée en scène en NBA en montant en puissance à chaque match. Tout au long du mois de janvier avec une première victoire en carrière contre Boston (123-108) durant laquelle il a joué 27 minutes et marqué 21 points.

En plus de cela il s’est offert un beau double double car il a enregistré 11 rebonds. Ce qui montre que Zion est un joueur à la fois capable de marquer efficacement mais également un très bon rebondeur.

Ensuite Zion a remporté le duel à distance contre celui qui a été numéro deux de la Draft NBA : JA Morant, grâce à la large victoire des Pelicans 139 à 111. Avec ses 29 minutes et ses 24 points Zion a été un élément central de cette victoire.

Une performance énorme contre les futurs champions NBA

Le mois de février a clairement été le mois de Zion. C’est au cours de ce mois qu’il est devenu le premier joueur de moins de 20 ans à enregistrer au moins 20 points au cours de dix matchs consécutifs. A la fin du mois, il a affiché des statistiques impressionnantes : 23,3 points, 7,1 rebonds et 2,3 passes décisives.

Avec notamment deux matchs à plus de 30 points contre Portland et OKC.

Établissant à l’époque ce qui était son record en carrière en nombre de points, d’abord 31 contre Portland dans une belle victoire 138 à 117 et ensuite contre OKC avec 32 points dans la défaite 123 à 118.

Mais c’est au mois de Mars contre les Lakers que Zion va établir sa plus grande performance en carrière. Avec pas moins de 35 points. Sa domination dans la raquette dans ce match a été absolument impressionnante. C’est une performance qui restera comme un point de repère pour Zion qui doit sans aucun doute se baser sur ce genre de réussite pour bâtir son avenir.

Mieux que ça, Zion a dépassé LeBron James au nombre de points marqués dans ce match. Pour sa jeune carrière, c’est tout de même un bel accomplissement. Mais au final ce sont les Californiens qui l’ont emporté 122 à 114.

Un arrêt brut et un bilan encourageant

Au final, la pandémie a arrêté Zion dans sa belle lancée. Il est resté de côté pendant un bon moment, jusqu’à la reprise en juillet. Ceci a peut-être été une « pas si mauvaise » chose pour lui car il a eu le temps de travailler sur son corps et de se préparer à la suite.

Au final les Pelicans n’ont pas réussi à se qualifier pour les playoffs NBA. Il est certain que l’on attend tellement d’un joueur comme Zion, on attend de lui qu’il porte l’équipe vers des sommets. Mais ça ne sera pas pour sa première saison. Et c’est normal. Il faut lui laisser le temps de se mettre en route et ne pas céder à la pression de l’immédiateté.

Sa connexion avec Lonzo Ball chez les Pelicans est intéressante et laisse présager de belles choses pour l’avenir. Le départ de Jrue Holiday est tout de même un coup dur pour les Pelicans car il s’agissait d’un joueur efficace. Mais ils auront de quoi préparer l’avenir avec les choix de Draft offerts en contrepartie.

Il ne serait pas surprenant de les voir investir dans un joueur imposant dans la raquette pour complémenter Zion voire également un scoreur pour permettre à l’attaque de ne pas complètement reposer sur Brandon Ingram.

De plus comme nos experts l’ont fait remarquer, les arrivées de George Hill et Eric Bledsoe vont apporter de l’expérience dans ce jeune vestiaire des Pelicans. La franchise de la Nouvelle-Orléans et sa star Zion Williamson sont clairement en bonne voie pour la reconstruction.

Summary
Draft NBA : quel bilan pour Zion Williamson ?
Article Name
Draft NBA : quel bilan pour Zion Williamson ?
Description
Zion Williamson était le premier choix de la Draft NBA 2019. A l'aube de la Draft NBA 2020 nous vous dressons le bilan de l'ancien premier choix
Author
Publisher Name
The Free Agent
Publisher Logo

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.