Houston Rockets, l’éternelle métamorphose

Avec le retour prochain de la nouvelle saison NBA vient comme toujours les éventuels trades, le choix des entraineurs mais également les directions prisent par les différentes franchises. Et aujourd’hui l’une d’entre elles est au centre de toutes les attentions : les Rockets de Houston. Gros plan sur la franchise de Tilman Fertitta à un peu plus d’un mois de la reprise.

Depuis maintenant plusieurs années, l’avant saison des Houston Rockets est souvent synonyme de grands changements et celle qui approche ne devrait pas déroger à la règle. Petit retour en arrière, il y a tout juste deux mois maintenant les Rockets se faisaient éliminer des playoffs en demi-finales de la conférence Ouest par les futurs vainqueurs (4 – 1 ) les Los Angeles Lakers. La question alors de la responsabilité de l’entraineur n’étant clairement pas remise en question dans un premier temps puisqu’on parle même de prolongation :

« C’est probablement notre priorité numéro 1, ça me paraît assez évident. Tous nos joueurs clés sont déjà sous contrat. Je pense que garder Mike est très important. »

Daryl Morey, le 9 septembre via USA Today Sports

Timing étrange puisque quelques heures après cette nouvelle désillusion, et après quatre ans de bons et loyaux services, on apprend que leur entraineur Mike D’Antoni décide « officiellement » de quitter la franchise texane, communication certainement la plus judicieuse alors que le choix a dû revenir en interne à la direction. Arrivé en fin de contrat, le coach italo-américain n’est pas parvenu à propulser Houston en finale et à même suscité de nombreuses critiques pour ses choix très prononcés : presque tous les ballons pour James Harden et un système porté principalement, pour ne pas dire exclusivement, sur le tir à 3 points.

Mike D’Antoni et Daryl Morey (Michael Ciaglo / Houston Chronicle)

Daryl Morey, le premier départ qui en appellent d’autre ?

Le 15 octobre dernier c’est au tour de Daryl Morey, le manager général des Houston Rockets depuis treize et malgré un contrat en cours jusqu’en 2024, de quitter son poste. Ce dernier était à l’origine d’une brûlante polémique diplomatique entre la Chine et la NBA suite à un tweet de soutien aux mouvements de protestation à Hong Kong.

Celui qui a toujours conforté Mike D’Antoni à son poste et défendu sa philosophie de jeu est donc remplacé par l’ancien vice-président exécutif Rafael Stone. Vient ensuite logiquement le choix du nouvel entraineur et c’est Stephen Silas (47 ans) qui est retenu. Après plus de vingt ans dans la ligue en qualité de recruteur mais surtout d’assistant coach du côté de Charlotte, Cleveland, Golden State, la Nouvelle-Orléans et Dallas, il va donc prendre les rênes des Rockets. La seule interrogation restait donc de savoir s’il allait continuer le système mis en place par son prédécesseur ou s’il allait tenter d’instaurer une nouvelle philosophie de jeu. Mais tous ces changements apportés dans l’organigramme de Houston dans l’espoir d’atteindre leurs objectifs n’ont visiblement pas suffit à convaincre la totalité des joueurs…

Avant même l’annonce faite aujourd’hui par Russel Westbrook sur ses envies d’aller voir ailleurs, Kevin O’Connor du site The Ringer rapportait déjà que bien avant l’intersaison certaines franchises comme les Knicks de New-York et les Los Angeles Clippers s’étaient renseignés sur le meneur All-Star « J’ai entendu dire que les Clippers étaient intéressés. J’ai entendu dire que les Knicks s’intéressaient aussi à Westbrook. Et si quelque chose se matérialise là-bas, qui sait? Qui sait? Mais le fait est qu’on croit en la possibilité qu’un gars comme Westbrook pourrait devenir disponible »

Plus récemment c’est le toujours très bien informé journaliste d’ESPN Adrian Wojnarowski qui avait rapporté dès mercredi que Westbrook et James Harden avaient partagé leur « préoccupation au sujet de la direction de la franchise » avec le nouvel entraîneur-chef Stephen Silas et le nouvellement promu directeur général Rafael Stone.

James Harden : pièce centrale de la reconstruction

Jusqu’à présent les Rockets ont toujours été très protecteurs de leurs deux superstars quand il s’agit de négociations, mais avec la volonté affirmée de RussWest de changer de franchise, ces derniers vont dorénavant devoir construire une équipe compétitive pour aller chercher une bague, autour d’un James Harden qui reste la figure de proue du projet.

Pour commencer Houston va devoir régler au plus vite certains problèmes en interne puisque la demande de trade de Russell Westbrook est le début d’une réaction en chaîne faisant apparaitre plusieurs soucis, et non des moindre, au sein de la franchise. A commencer par un P.J. Tucker qui serait « furieux » de sa situation contractuelle. L’ailier de 35 ans entre dans la dernière année de son contrat signé en 2017 portant sur quatre ans et 31,8 millions de dollars mais il estime qu’il aurait dû être augmenté au vu des performances sur les dernières saisons. Par ailleurs il ne digère pas non plus le temps qu’il a fallut à la direction des Rockets pour lui proposer un nouveau contrat, prenant cela personnellement.

Le mécontentement se généralise

Autre cas problématique, la situation d’Austin Rivers est également un exemple criant de la gestion des joueurs au sein de la franchise. Lui qui avait signé un contrat de deux ans dont une en option durant la dernière intersaison vient d’annoncer il y a deux jours qu’il avait l’intention de se retirer et d’ainsi tester le marché. « Je veux vraiment être sur le marché, et juste voir quelles sont les possibilités. Mais j’adore Houston. Houston est toujours l’une de mes principales options. C’est une équipe pour laquelle j’aimais jouer. Mais il y a d’autres équipes que tu veux regarder. Vous le devez à vous-même d’au moins voir la meilleure situation » Au sortir de deux saisons avec les Rockets avec une moyenne de 8,7 points, 2,3 rebonds et 1,9 passes décisives pour un temps de jeu de 25 minutes par match, les déclarations d’ Austin Rivers, même s’il ne ferme aucune porte quand a son avenir, font échos aux envies de départ de Russell Westbrook.

Si l’on rajoute donc aux frustrations de Tucker et de Westbrook les états d’âmes d’un Austin Rivers mais également d’Eric Gordon et de Daniel House (célèbre malgré lui depuis son renvoi de la bulle d’Orlando) pas vraiment satisfaits par leurs utilisations au cours de la saison et déçus par leur temps de jeu, il va donc falloir faire des choix rapides et forts de la part de la direction de Houston.

P.J. Tucker et Austin Rivers (centre)

Dans ces conditions, quelles options restent-ils aux texans ?

Si le départ de Russell Westbrook venait à se confirmer, les Houston Rockets peuvent prendre plusieurs directions. Premièrement cela permettrait au nouvel entraineur Stephen Silas de reprendre ce que Mike D’Antoni faisant durant la saison 2016 / 2017, à savoir laisser James Harden en unique leader et premier remonteur de ballon.

Un rôle évident pour ce dernier que l’on sentait moins à l’aise avec la présence de Westbrook et avant lui de Chris Paul à ses côtés. Néanmoins, les équipes susceptibles de se positionner sur RussWest pourrait inclure dans une éventuelle transaction un nouveau point guard pour suppléer James Harden à son poste de shooting guard.

La question autour du rythme de jeu des Rockets qui s’est adapté avec l’arrivé de Westbrook sera également l’une des interrogations à laquelle l’entraineur va devoir rapidement trouver une réponse. Enfin l’incessant débat autour du small ball pratiqué a son paroxysme par la franchise et qui à montrer ses limites en playoffs risque de refaire surface très rapidement.

D’un côté entre un Russell Westbrook qui va chercher de nouveau à s’épanouir et par là même occasion retrouver le haut de l’affiche, et de l’autre une équipe des Houston Rockets qui a besoin de stabilité et d’une ligne directrice bien définie, les 42 jours restants jusqu’à la reprise officielle de la NBA risquent fort d’être agités du côté du golfe du Mexique.

Summary
Houston Rockets, l'éternelle métamorphose
Article Name
Houston Rockets, l'éternelle métamorphose
Description
Avec le retour prochain de la nouvelle saison NBA vient comme toujours les éventuels trades, le choix des entraineurs mais également les directions prisent par les différentes franchises. Et aujourd'hui l'une d'entre elles est au centre de toutes les attentions : les Rockets de Houston. Gros plan sur la franchise de Tilman Fertitta à un peu plus d'un mois de la reprise.
Author
Publisher Name
The Free Agent
Publisher Logo

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.