Avec Steve Cohen pour signer les chèques, les Mets seront-ils l’équipe la plus active sur le marché des transferts ?

Anthony J. Causi

Steve Cohen deviendra officiellement le nouvel actionnaire majoritaire des Mets. L’homme d’affaire âgé de 64 ans a dépensé 2.475 milliards de dollars pour s’offrir la franchise new-yorkaise. Avec Cohen et sa fortune estimée à plus de 14 milliards de dollars, l’espoir renaît pour les fans de l’équipe du Queens : les Mets pourraient maintenant dépenser de manière colossale sur le marché des transferts, ce qui était impossible il y a encore quelques semaines, lorsque la famille Wilpon était propriétaire.

De nombreux joueurs sont sur le marché, et New York n’a désormais plus peur de sortir le chéquier. Pour retourner en playoffs pour la première fois depuis 2016, les Mets vont tout de même investir de manière réfléchie.

Ainsi, la rotation reste le principal défaut de l’équipe du Queens : hormis Jacob deGrom, à nouveau stratosphérique en 2020, personne n’est intouchable. Steven Matz a une fois de plus été extrêmement décevant alors que Michael Wacha et Rick Porcello n’ont pas convaincu pour leur première (et seule ?) saison à New York. Les Mets vont pouvoir compter sur le retour de Noah Syndergaard, absent toute la saison après avoir subi l’intervention chirurgicale de type Tommy John ; les doutes subsistent tout de même sur son niveau de jeu, d’autant plus qu’il risque de manquer les premières semaines de compétition. Pour rappel, la saison 2021 de MLB doit démarrer le 1er avril.

Les Mets ont décidé d’agir en brandissant à Marcus Stroman l’offre qualificative : elle pourrait permettre au droitier de 29 ans de rester pour un an et 18.9 millions de dollars à New York. Blessé au mollet, Stroman n’a pas joué en 2020, déclarant forfait pour la saison par crainte du coronavirus. Arrivé chez les Mets dans un échange avec les Blue Jays en 2019, il présente une moyenne de 3.77 points concédés, avec quatre victoires et deux défaites, en onze matches lancées pour les « Amazin' ».

Dale Zanine (USA TODAY Sports)

Il y a peu de chances que Stroman, en quête d’un contrat longue durée, accepte l’offre qualificative ; il est tout de même possible qu’il finisse par trouver un accord pour rester à New York. Dans un cas comme dans l’autre, les Mets devraient aussi se montrer actifs pour Trevor Bauer. Le droitier des Reds sort d’une saison exceptionnelle, avec 1.73 points encaissés en moyenne en 11 titularisations.

Bauer est de loin le lanceur partant le plus convoité sur le marché des transferts cette année ; il devrait décrocher un contrat très lucratif, peu importe l’équipe avec laquelle il s’engage. En ce sens, l’arrivée de Steve Cohen à la tête des Mets représente un avantage, car il aura la capacité de s’aligner sur n’importe quelle offre faite à Bauer. New York pourrait aussi s’intéresser à un vétéran comme Charlie Morton, très à son avantage durant les playoffs avec les Rays (2.70 points concédés en moyenne en quatre matches).

Le poste de receveur va également nécessiter une amélioration majeure : Wilson Ramos n’a pas été prolongé et Tomás Nido n’a pas encore prouvé qu’il pouvait être le titulaire. Logiquement, les Mets devraient entrer dans la course pour JT Realmuto, lui aussi très désiré. Gêné par des blessures, le receveur de 29 ans n’a pas délivré la meilleure saison de sa carrière en 2020, avec 26.6% de moyenne au bâton, 11 home runs et 32 points produits en 173 passages au marbre. Il reste tout de même une option très fiable pour une position qui n’a pas été le point fort de New York ces dernières années. Très performant en 2020 (28.9% à la batte, sept home runs et 15 points produits) mais barré par Yasmani Grandal chez les White Sox, James McCann demeure une autre possibilité pour les Mets au poste de receveur.

Autre point faible des Mets, le poste de champ centre. Brandon Nimmo, Jake Marisnick, Billy Hamilton et Guillermo Heredia se sont tous relayés sans réel succès la saison dernière. Par conséquent, l’arrivée d’un joueur comme George Springer ne pourrait faire que du bien à New York. Tout comme Realmuto chez les receveurs, Springer est, depuis des années, une référence au poste de champ centre dans toute la MLB. Offensivement, il reste sur une saison moyenne (26.5% à la batte, 14 home runs et 32 home runs en 189 passages dans la boîte de frappe). Son âge (31 ans) laisse penser qu’il ne lui reste qu’une poignée de saisons à jouer dans le champ centre. Springer apporterait tout de même de l’expérience en playoffs à une équipe qui en manque cruellement, lui qui a remporté les World Series en 2017 avec les Astros (4-3 contre les Dodgers). Représentant l’élite de la MLB sur le plan défensif, Jackie Bradley Jr. peut aussi être une option plus modeste pour les Mets.

Tony Dejak (AP Photo)

Enfin, un autre joueur susceptible d’intéresser les Mets est Francisco Lindor. Contrairement aux joueurs nommés plus haut, le Dominicain n’est pas en fin de contrat. Pour autant, les Indians ont clairement l’intention de l’échanger avant le début de la saison 2021. Il ne reste plus qu’un an au contrat de Lindor, et Cleveland n’a pas l’intention de lui offrir la somme pharaonique à laquelle il prétendra dans douze mois. Les Indians n’ont pas non plus l’intention de laisser filer un joueur encore très jeune (27 ans la semaine prochaine) et qui n’a probablement pas atteint son meilleur niveau, sans la moindre contrepartie.

Lindor est ce qui se fait de mieux au poste d’arrêt-court dans les ligues majeures. En attaque, il n’a certes pas offert la meilleure saison de sa carrière en 2020 (25.8% de moyenne au bâton), mais outre José Ramírez, personne n’a vraiment surnagé dans l’alignement offensif des Indians. Lindor est disponible, et pourrait coûter à New York des espoirs comme Amed Rosario ou Andrés Gimenez ; mais s’il y a bien une chose que les Mets ont prouvé au cours de leur histoire, c’est qu’ils n’avaient pas peur de prendre des risques. Même pour un an, Lindor apporterait beaucoup d’énergie et de vitesse en attaque et une vraie sûreté en défense à une équipe qui en a terriblement besoin.

Les options ne manquent pas pour renforcer une équipe qui présente de sérieux trous dans son effectif. L’arrivée de Steve Cohen est porteuse d’espoirs pour des Mets qui n’ont pas toujours fait le nécessaire pour attirer et/ou prolonger les meilleurs joueurs à leur disposition ces dernières années. En 2021, New York a bien l’intention de retourner en playoffs pour la première fois depuis 2016, et venger son échec lors des World Series en 2015 (1-4 contre Kansas City). Pour ce faire, l’équipe du Queens devra, plus que n’importe quelle autre équipe en MLB, jouer un rôle majeur sur le marché des transferts dans les semaines à venir.

Summary
Avec Steve Cohen pour signer les chèques, les Mets seront-ils l'équipe la plus active sur le marché des transferts ?
Article Name
Avec Steve Cohen pour signer les chèques, les Mets seront-ils l'équipe la plus active sur le marché des transferts ?
Description
Les Mets ont un nouveau propriétaire, Steve Cohen, et avec lui arrivent de nouvelles ambitions pour New York. Tour d'horizon des plus grands besoins - et des meilleures solutions ? - pour l'équipe du Queens.
Author
Publisher Name
The Free Agent
Publisher Logo

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.