Les Lakers 2020 : un titre de champion au rabais ?

Lorsque l’ultime sirène de la saison a retenti il y a deux semaines à Orlando, LeBron James venait de gagner sa quatrième bague. Certains ont alors immédiatement relancé le fameux débat du G.O.A.T, le comparant alors avec Michael Jordan, notamment. Pour d’autres, ce titre devrait être muni d’une astérisque. Étant donné le contexte sanitaire, sa légitimité est mise en cause. Alors, le 17e titre de l’histoire de la franchise a-t-il vraiment été si facile que cela à gagner ? Et qu’en est-il de LeBron, dans tout ça ?

Le SRS : qu’est-ce que c’est ?

Une statistique intéressante peut nous aider à mesurer la force d’une équipe. Le SRS (Simple Rating System), ou Système de Notation Simple en français, est une cote qui tient compte du différentiel et de la force du calendrier d’une équipe donnée. Elle est exprimée en points au-dessus / en-dessous de la moyenne, en l’occurence zéro. Théoriquement, on prend d’abord en compte le nombre de points qu’une équipe gagne / perd par match.

Ce différentiel est ensuite pondéré en fonction de celui de l’équipe affrontée. Ainsi, les Bucks ont été l’équipe la plus dominante cette année en fonction du SRS, avec une cote de 9.41 au-dessus de la moyenne. Les Warriors, quant à eux, figurent dernier de ce classement avec une cote de 8.12 en-dessous de la moyenne.

Bien-sûr, comme toute statistique, le SRS possède des failles. Il mesure chaque point et chaque rencontre de manière égale et ignore le facteur victoire / défaite. Les blowouts peuvent facilement biaiser cette statistique, ce qui avantage donc forcément les équipes à caractère offensif. Voir les Bucks largement en tête de ce classement cette saison n’est donc pas forcément une surprise.

Le SRS en Playoffs

Cette donnée statistique est également applicable en Playoffs, et les résultats vont peut-être vous surprendre. Théoriquement, on additionne le SRS de chaque équipe rencontrée jusqu’en finale, ce qui donne la cote globale de la difficulté de l’adversité. Prenons l’exemple des Warriors de 2016-2017. Lors des 3 premiers tours, ils balaient aisément les Blazers (SRS de -0.23), le Jazz (SRS de 4.00) et les Spurs (SRS de 7.13). Ils se retrouvent face aux Cavaliers (SRS de 2.87) de LeBron en Finale NBA et remportent le titre en 5 matchs. Si on combine le SRS des équipes affrontées, cela fait une cote de 13.77. En guise de comparaison, les Cavaliers de 2016 ont été couronnés Champions NBA avec une cote de 18.38.

Et les Lakers de 2020 dans tout ça ?

Depuis 1984, soit l’année où les Playoffs accueillaient 16 équipes, ils ont connu l’un des parcours les plus « simples » avec un SRS de 7.46. En réalité, seuls les Lakers de 1988 (SRS de 6.99) et les Lakers de 1987 (SRS de 2.97) ont eu moins de mal à être Champions NBA que la troupe de LeBron et AD.

Alors oui, les Lakers de 2020 ont théoriquement connu l’adversité la moins coriace de ces 3 dernières décennies, mais cela remet-il forcément en cause la légitimité de ce 17e titre ? Ce que réalise LeBron à 35 ans sur la plus haute scène de la NBA va au-delà des statistiques, c’est indéniable. Être aussi dominant n’est pas donné à tout le monde, ce qui nous amène donc à nous questionner sur l’éternel débat du G.O.A.T.

Le débat du G.O.A.T relancé ?

Dernièrement, TrashTalk a publié les places 3 à 6 de leur Top 100 All-Time. Kobe est apparu en 10e et 8e position, tandis que LeBron et Jordan sont sur le podium. Bien-sûr, un tel classement reste subjectif, mais le SRS nous apporte une donnée supplémentaire pour comparer ces trois cyborgs. En effet, selon le graphique ci-dessous, qui met en valeurs les 37 derniers Champions NBA en fonction de leur SRS, Kobe a connu des séries de Playoffs plus compliquées que LeBron et Jordan.

De gauche à droite, encerclé dans le temps : Michael Jordan, Kobe Byant, LeBron James.

Évidemment, les statistiques ne doivent être perçues qu’à titre informatif. En aucun cas les titres de LeBron sont moins légitimes que ceux de Kobe ou Jordan. En fait, on peut même regarder cela d’un oeil totalement différent. Oui, Kobe a plus de rings que LeBron, mais le King a autant de Finals MVP que de titres, ce qui n’est pas le cas de Kobe. Les statistiques sont là, mais on peut constamment les nuancer. En fait, on se doit de les nuancer.

Indépendamment des chiffres et des statistiques, on se rappellera dans 20 ans du caractère unique et totalement inédit de ces Playoffs 2020. On aura les images en tête du combat de titans entre Mitchell et Murray, on notera la (nouvelle) défaillance des Bucks de Giannis et on racontera comment Jimmy Butler a porté son Heat en Finale face à LeBron. Dans 20 ans, on se rappellera de cette bulle comme d’une parenthèse que nous avons eu le privilège de vivre, regarder et partager avec nos proches. Parce qu’au fond, les statistiques, on s’en tape.

Nous vous invitons à regarder cette vidéo de JxmyHighroller, principale source de contenu pour rédiger ce papier.

Summary
Les Lakers 2020 : un titre de champion au rabais ?
Article Name
Les Lakers 2020 : un titre de champion au rabais ?
Description
Les Lakers ont remporté cette année leur 17e titre de leur histoire. Un titre dont la légitimité est parfois remise en cause, à juste titre ?
Author
Publisher Name
The Free Agent
Publisher Logo

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.