Les Broncos pourront-ils faire tomber les Chiefs dans l’AFC West en 2020 ?

Eric Lutzens (The Denver Post)

Pour patienter jusqu’à la reprise de la saison le 10 septembre, « The Free Agent » vous propose chaque jour d’analyser l’attaque, la défense, le quarterback et le groupe d’entraîneurs de chaque équipe de la Conférence Américaine. Aujourd’hui, les Broncos :

Bills / Dolphins / Patriots / Jets

Ravens / Bengals / Browns / Steelers

Texans / Colts / Jaguars / Titans

Broncos / Chiefs / Raiders / Chargers

Les Broncos ont enfin trouvé leur quarterback, Drew Lock. Ce dernier s’est doucement installé comme le titulaire à Denver lorsque le vétéran Joe Flacco s’est blessé. Ses bonnes performances sur le terrain lui ont permis de ne plus mettre le moindre doute quant au fait qu’il représente l’avenir de la franchise du Colorado.

Les Broncos sont sur une voie positive à l’aube de 2020. Ils ont terminé leur saison sur un bilan de quatre victoires et une défaite avec Drew Lock. Ce dernier a d’ailleurs égalé avec ces quatre triomphes le record de victoire pour un rookie détenu par John Elway. Égaler le record de son directeur général – si on parle au présent -, et de la légende de la franchise – si l’on parle au passé – ce n’est pas rien. Elway a d’ailleurs mis les moyens pour renforcer l’équipe afin de permettre à Lock d’avoir toutes les cordes à son arc pour réaliser une saison encore meilleur en 2020.

La question brûlante pour les Broncos en 2020 : Denver pourra-t-il faire tomber Kansas City dans l’AFC West ?

From Missouri’s Golden Arm to Denver’s Golden Arm

Drew Lock en 2019 :

1020 yards, 100 passes complétées sur 156 tentées (64,1%) ; 7 touchdowns et 1 interception

Avec le quarante-deuxième choix de la Draft, les Broncos de Denver choisissent Drew Lock, en provenance de l’Université de Missouri. On peut le dire, Drew Lock a magistralement réussi sa transition chez les pros. Cela avait pourtant mal commencé. Il s’était blessé au pouce lors de la pré-saison. Cette blessure l’a forcé à rester sur le côté pendant deux mois. Mais lorsqu’il a débuté, il a réussi à être tout de suite décisif.

Pour son entrée en scène contre les Chargers, il a mené son équipe à la victoire 23-20. Il a notamment porté son équipe sur un drive final de 54 yards pour ouvrir la voie à un field goal qui a scellé le sort de la rencontre. Il a ensuite été victorieux avec les Broncos contre les Texans (38-24) alors que ces derniers menaient de neuf points.

Ensuite, il n’a fait aucun doute que Drew Lock allait être le titulaire indiscutable de l’équipe. La blessure qui a mis fin à la saison de Joe Flacco a évidemment accéléré le processus de sa titularisation définitive. Mais ses performances ont été excellentes, largement au-dessus de ce qu’un rookie au poste de QB produit en général. John Elway ne s’était pas trompé en le choisissant.

Et pour cause, Lock sortait de trois années universitaires à plus de 3000 yards à la passe chez les Tigers, avec un record de 44 TD en 2017. Son bras puissant est un atout de grande qualité. Il a un véritable canon.

Une attaque renforcée

282 points marqués (17,6 en moyenne par match) ; 28ème de la NFL

Le but était clair pour les Broncos : donner des cibles à Drew Lock. La franchise du Colorado a trouvé son QB et elle souhaite le développer. La première arrivée de marque a été Jerry Jeudy. Il a été drafté en 15 position lors de la Draft 2020.

Jeudy, au cours de ses trois saisons dans l’Alabama, a enregistré plus de 2742 yards à la réception et 26 TD. En 2018, il a remporté le Fred Biletnikoff Award qui récompense le meilleur receveur du pays. L’an dernier, la blessure de son QB Tua Tagovailoa a fait qu’il n’a pas eu d’aussi bons chiffres qu’en 2018.

Il a évolué à la fois à l’extérieur et comme slot avec Alabama. Jeudy est très bon dans ce qu’on appelle le « run after catch » ; c’est-à-dire qu’il est capable de parcourir de nombreux yards après la réception en faisant face aux défenseurs. Les Broncos ont également drafté KJ Hamler d’un des tous meilleurs programmes du pays, les Nittany Lions de Penn State.

La ligne offensive des Broncos s’est nettement améliorée. C’est un point très positif pour le développement de Drew Lock. Le left guard Dalton Risner a fait une saison de rookie plutôt bonne. On peut donc espérer une amélioration pour sa deuxième saison dans la ligue. Son passage au poste de right tackle l’an dernier s’est bien passé donc et maintenant il a pris l’habitude à ce nouveau poste.

Les Broncos ont également récupéré Graham Glasgow, pour lequel ils ont sorti le portefeuille, en lui offrant un contrat de 44 millions de dollars pour 4 ans. Ils n’ont d’ailleurs pas lésiné sur les moyens puisqu’ils ont également signé Ron Leary de Dallas pour neuf millions de dollars par an.

Néanmoins, les Broncos ont perdu Connor McGovern, parti chez les Jets, au poste de centre. Ce sera donc le néo-drafté en provenance des Tigers de LSU, Lloyd Cushenberry III qui devrait prendre sa place. Sa présence physique est très bonne, notamment pour les courses. À la passe, il a une marge de progression énorme, même s’il est déjà capable de bien protéger. Les rapports de Draft ont fait d’état d’une faiblesse musculaire chez lui dans le bas du corps. Rien de bien irrattrapable quand on connaît la préparation physique que suivent ces joueurs.

Puisqu’il était état des courses, il est important de mentionner Phillip Lindsay. Il n’avait pas été drafté en 2018, avant d’être signé par les Broncos. Mais depui,s il s’est installé comme une valeur sûre pour les courses de la franchise du Colorado. Il est le premier joueur non drafté de l’histoire à avoir couru pour au moins 1000 yards pendant deux saisons consécutives. Il sera encore une menace intéressante en 2020. Ses courses permettent une versatilité dans le jeu des Broncos et de ne pas reposer uniquement sur le jeu de passe. Melvin Gordon III et Royce Freeman viennent compléter cette unité pour les Broncos.

Une défense qui monte en puissance

La défense des Broncos en 2019 :

316 encaissés (19,8 en moyenne par match) ; vingt-troisième de la NFL

En 2019, la défense des Broncos a été difficile à monter en puissance. En septembre, elle a été la première équipe de l’histoire, depuis l’invention des sacks, à ne pas enregistrer un seul sack pendant trois matchs de suite. Mais les choses se sont ensuite améliorées.

Les Broncos ont eu un joueur qui a mené le défense pendant neuf saisons. Il s’agit de Von Miller. Malheureusement, en 2019, le vétéran n’a pas été à son niveau habituel ; il faudra donc pour lui retrouver le niveau auquel il nous a habitués pour Denver. Depuis 2012, il n’avait jamais enregistré une saison aussi mauvaise, avec seulement, si on peut le dire, huit sacks.

Tout comme Miller, Bradley Chubb, qui se remet d’une blessure aux ligaments, sera important pour les Broncos en 2020.

La franchise de l’état centenaire, en référence à son entrée dans l’Union, en 1876 soit, 100 ans après la signature de la Déclaration d’Indépendance, s’est encore renforcée. Les Broncos ont récupéré celui qui a été cinq fois au Pro Bowl, Jurrell Casey. L’ancien des Titans vient prêter main forte au poste de defensive end. Il sera associé à Shelby Harris. Ce dernier a battu son record de sacks la saison dernière lorsqu’il a été repositionné au poste de DE.

Au niveau de la secondary, les Broncos ont récupéré AJ Bouye des Jaguars. Si les Broncos arrivent à le faire revenir à son niveau de 2016, lorsqu’il évoluait du côté des Texans, alors cela pourrait permettre de bien améliorer leur défense contre les passes.

Cependant, les Broncos peuvent se targuer d’avoir un bon groupe de safeties, avec le free safety Justin Simmons qui possède un très bon QI football et de très bonnes qualités physiques. Simmons sera associé à Kareem Jackson.

Vic Fongio, « le génie de la défense »

C’est ainsi que le vétéran des Broncos Von Miller avait qualifié Vic Fangio à son arrivée chez les Broncos. Pourtant, en tant qu’entraîneur, Fangio a montré une certaine difficulté à mettre en place ses schémas défensifs, surtout au début de la saison. Au final, les choses se sont améliorées. Il sera donc intéressant de voir comment la défense aura évoluée en 2020.

On peut donc penser que la première année était une transition qui va mener vers de meilleurs performances. Avec notamment les nouvelles additions qui, on peut l’espérer pour les Broncos, vont rapidement s’adapter.

Quel bilan pour les Broncos en 2020 ?

Les Broncos en 2019 :

7 victoires pour 9 défaites ; deuxièmes de l’AFC West ; non-qualifiés pour les playoffs

Il faudra avoir peur de Drew Lock en 2020. La machine est lancée, il aura avec lui un très bon receveur en la personne de Jerry Jeudy. Le jeu de course des Broncos reste le même et permet une bonne versatilité dans leur jeu. Ils ont le vent en poupe, et se sont bien renforcés, notamment défensivement.

Si la défense arrive à monter en puissance et passer un cap alors cette équipe des Broncos pourrait être un vrai danger. Le duel au sein de l’AFC West avec les Chiefs promet d’être passionnant. Il ne serait pas surprenant d’ailleurs de voir Denver aller en playoffs.

Summary
Les Broncos pourront-ils faire tomber les Chiefs dans l'AFC West en 2020 ?
Article Name
Les Broncos pourront-ils faire tomber les Chiefs dans l'AFC West en 2020 ?
Description
Les Broncos se sont bien renforcés, tant offensivement que défensivement, pour tirer le meilleur de Drew Lock. Est-ce que cela sera suffisant pour faire tomber les Chiefs dans l'AFC West ?
Author
Publisher Name
The Free Agent
Publisher Logo

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.