À 43 ans, Tom Brady pourra-t-il porter les Buccaneers vers le SuperBowl en 2020 ?

Dirk Shadd (Tampa Bay Times)

Pour patienter jusqu’à la reprise de la saison le 10 septembre, « The Free Agent » vous propose chaque jour d’analyser l’attaque, la défense, le quarterback et le groupe d’entraîneurs de chaque équipe de la Conférence Nationale. Aujourd’hui, les Buccaneers :

Cowboys / Giants / Eagles / Washington

Bears / Lions / Packers / Vikings

Falcons / Panthers / Saints / Buccaneers

Cardinals / Rams / 49ers / Seahawks

Vous n’avez pas pu passer à côté de l’information : en fin de contrat à New England, où il a passé l’intégralité de sa carrière en NFL, Tom Brady a décidé de rejoindre Tampa Bay en mars dernier. L’information a fait l’effet d’une bombe, tant l’arrivée de Brady chez les Buccaneers redessine de manière drastique le visage de la ligue.

Avec Brady, les Bucs sont directement propulsés vers un statut de candidat, voire de favori, au SuperBowl, alors qu’ils n’ont pas participé aux playoffs depuis 2007 !

La question brûlante pour les Buccaneers en 2020 : Tom Brady pourra-t-il porter Tampa Bay sur ses épaules sur le chemin du SuperBowl ?

Brady devant le plus grand défi de sa carrière

Tom Brady en 2019 (avec les Patriots) :

4057 yards, 373 passes complétées sur 613 tentées (60,8%) ; 24 touchdowns et 8 interceptions

Tom Brady a remporté six SuperBowls au cours d’une carrière longue de vingt ans. C’est pourtant à 43 ans qu’il se retrouve dans une situation totalement inédite, dans une nouvelle équipe et avec un nouvel entraîneur.

Brady n’a connu que Bill Belichick et les Patriots depuis son arrivée dans la NFL au début du siècle. L’idée de le voir effectuer la transition dans une nouvelle équipe, avec des nouveaux coéquipiers et de nouveaux systèmes de jeu, est donc extrêmement intrigante.

Le n°12 va devoir prouver qu’il est capable de remporter un titre sans Belichick, et le voir s’acclimater à cette toute nouvelle atmosphère sera passionnant. Brady pourrait très bien réussir à sortir une équipe médiocre des bas-fonds de la ligue et s’imposer de manière incontestable comme le plus grand joueur, voire le plus grand sportif, de tous les temps ; il pourrait tout aussi bien ne jamais vraiment s’adapter et laisserait alors à tous les observateurs l’occasion de dire que Belichick est le seul et unique architecte du succès de New England.

Quoi qu’il en soit, Brady a quitté les Patriots après une saison décevante, avec une sortie dès le Wild Card Round face aux Titans (13-20). Nombreux sont ceux qui ont ramené sur la table le manque de joueurs talentueux en attaque pour justifier l’échec de Brady et de son équipe.

Cette saison, Brady ne pourra pas blâmer ses coéquipiers en vue d’un potentiel échec. Les Buccaneers présentent l’une des plus belles attaques de la NFL et le quadruple MVP du SuperBowl ne manquera pas d’options après chaque snap.

Pour rappel, Brady s’est engagé pour deux ans et 50 millions de dollars avec Tampa Bay.

La ligne offensive est un point d’interrogation

L’attaque des Buccaneers en 2019 :

458 points marqués (28,6 en moyenne par match) ; troisième de la NFL

Jameis Winston et ses 30 interceptions ont pris la porte pour laisser place à Tom Brady, et l’attaque de Tampa Bay a dorénavant une toute nouvelle allure.

Mike Evans compte déjà parmi les meilleurs receveurs de la ligue, et la saison de la révélation pour Chris Godwin en 2019 laissent à penser que les Bucs disposent de deux receveurs de premier ordre dans leur effectif.

Brady ne peut que sourire en pensant que Rob Gronkowski, son meilleur ami tant sur le terrain qu’en dehors, l’accompagnera dans cette nouvelle aventure. Le tight end avait pris sa retraite au terme de la saison 2018, et n’avait donc pas joué en 2019. Depuis son arrivée dans la NFL en 2010, « Gronk » a accompagné Brady dans toutes ses batailles, avec à la clé trois victoires au SuperBowl. Il sera tout de même intéressant de voir à quel niveau Gronkowski reviendra après une si longue absence des terrains.

Cameron Brate et OJ Howard seront deux autres TE de qualité sur lesquels Brady pourra s’appuyer.

Au poste de running back, Ronald Jones sera l’option principale, mais les arrivées de Leonard Fournette et de LeSean McCoy apporteront une très belle profondeur au backfield.

La ligne offensive pourrait être le point faible de cette attaque, ce qui est problématique lorsque le quarterback a déjà 43 ans et plus de vingt saisons au compteur. Les Bucs ont sélectionné l’offensive tackle Tristan Wirfs, venu d’Iowa, avec le treizième choix de la Draft, mais ses coéquipiers devront élever leur niveau de jeu pour protéger Brady.

La défense n’a rien à envier à l’attaque

La défense des Buccaneers en 2019 :

449 points encaissés (28,1 en moyenne par match) ; vingt-neuvième de la NFL

L’attaque de Tampa Bay est extrêmement talentueuse, mais la défense n’est pas en reste.

La bonne nouvelle réside peut-être dans le fait que Jameis Winston et son jeu risqué s’en aille ; ses trop nombreuses interceptions n’ont laissé aucun répit à la défense des Bucs la saison dernière, et expliquent en partie ce total bien trop élevé de points concédés (449).

Le linebacker Shaquil Barrett a été prolongé pour un an et 15.8 millions de dollars ; il remettra en jeu son titre de leader de la NFL en terme de sacks (19.5 l’année dernière, avec 58 tackles). Jason Pierre-Paul et Lavonte David seront présents pour épauler Barrett.

Ndamekong Suh sera de retour au poste de defensive end, où il fera notamment équipe avec Vita Vea, dont la marge de progression est phénoménale.

La secondary ne présente pas autant de sûreté, et on suivra avec attention les débuts d’Antoine Winfield Jr., le safety sélectionné au deuxième tour de la Draft en provenance de Minnesota.

Comment Bruce Arians va-t-il s’adapter à Tom Brady ?

Comme évoqué plus haut, Tom Brady n’a jamais joué pour un autre entraîneur que Bill Belichick. Il sera donc intéressant de voir comment va évoluer sa relation avec l’entraîneur des Bucs, Bruce Arians. Il est fort probable que l’ancien coach des Cardinals redessine une partie plus ou moins large de son cahier de jeu pour s’ajuster à Brady. Le coordinateur offensif Byron Leftwich aura lui aussi son mot à dire.

Les Bucs disposent en Todd Bowles de l’un des tous meilleurs coordinateurs défensifs de la ligue.

Quel bilan pour les Buccaneers en 2020 ?

Les Buccaneers en 2019 :

7 victoires pour 9 défaites ; troisièmes de la NFC South ; non-qualifiés pour les playoffs

L’arrivée de Tom Brady fera incontestablement de Tampa Bay l’équipe la plus scrutée de toute la NFL la saison prochaine.

Sur le papier, les Buccaneers possèdent l’une des plus belles attaques de la NFL ; la défense a elle aussi des arguments à faire valoir. La pression sera en revanche incomparable à tout ce que ces joueurs ont connu jusqu’ici.

Logiquement, le succès des Bucs sera indissociable de Tom Brady, qui doit effectuer la transition entre la plus grande équipe de la NFL ces deux dernières décennies avec l’une des pires équipes de la ligue depuis dix ans. À cela s’ajoute une intersaison raccourcie à cause du coronavirus.

À 43 ans, Brady doit assumer le plus grand défi d’une longue carrière couronnée de succès. Il dispose en tous cas des armes pour faire des Bucs un candidat immédiat au SuperBowl. Son adaptation à Tampa Bay sera la clé de la réussite – ou de l’échec – de l’équipe floridienne.

Summary
À 43 ans, Tom Brady pourra-t-il porter les Buccaneers vers le SuperBowl en 2020 ?
Article Name
À 43 ans, Tom Brady pourra-t-il porter les Buccaneers vers le SuperBowl en 2020 ?
Description
Comment Tom Brady assumera-t-il le plus grand défi de sa carrière ?
Author
Publisher Name
The Free Agent
Publisher Logo

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.