Les Browns feront-ils taire les critiques en 2020 ?

Frank Jansky (Icon Sportswire via Getty Images)

Pour patienter jusqu’à la reprise de la saison le 10 septembre, « The Free Agent » vous propose chaque jour d’analyser l’attaque, la défense, le quarterback et le groupe d’entraîneurs de chaque équipe de la Conférence Américaine. Aujourd’hui, les Browns :

Bills / Dolphins / Patriots / Jets

Ravens / Bengals / Browns / Steelers

Texans / Colts / Jaguars / Titans

Broncos / Chiefs / Raiders / Chargers

L’année dernière, les Browns ont disputé aux Cowboys le titre d’équipe ayant réalisé la saison la plus décevante en NFL. L’effectif, pourtant extrêmement talentueux, n’a pas répondu aux attentes sur le terrain. Le quarterback Baker Mayfield a semblé régresser, un comble pour un joueur qui disputait seulement sa deuxième saison dans la ligue. Les joueurs ont, de manière générale, plus souvent fait parler d’eux pour leur conduite hors des terrains que pour leurs prouesses le dimanche après-midi.

Cleveland a renvoyé son entraîneur Freddie Kitchens à la seconde où la saison s’est terminée, en décembre dernier. C’est maintenant Kevin Stefanski, l’ancien coordinateur offensif de Minnesota, qui devra remettre de l’ordre dans le vestiaire et exploiter le potentiel d’une équipe extrêmement talentueuse. Les Browns et Baker Mayfield seront dans l’oeil du cyclone en 2020, et tout autre résultat qu’une qualification pour les playoffs sera considéré comme un échec.

La question brûlante pour les Browns en 2020 : Cleveland saura-t-il éviter les distractions extra-sportives pour retourner en playoffs, dix-sept après sa dernière participation ?

Baker Mayfield est-il l’homme de la situation à Cleveland ?

Baker Mayfield en 2019 :

3827 yards, 317 passes complétées sur 534 tentées (59,4 %) ; 22 touchdowns et 21 interceptions

Marche ou crève est l’expression qui résumera la saison de Baker Mayfield. Le premier choix des Browns lors de la Draft 2018 avait réalisé une entrée en matière prodigieuse il y a deux ans, s’imposant comme le héros désespéramment attendu par la ville de Cleveland.

L’année de la confirmation fut en fait celle de la dévastation pour Mayfield ; ses 21 interceptions ont fait tâche, tout comme son pourcentage de passes complétées, bien trop faible. Le quarterback de 25 ans a été l’une des raisons principales de l’échec massif de Cleveland en 2019.

Ses déclarations parfois hasardeuses dans la presse ou sur les réseaux sociaux n’ont d’ailleurs pas aidé à redorer son blason…

C’est donc le couteau entre les dents que Mayfield entrera dans la saison 2020 le mois prochain : l’ancien pensionnaire d’Oklahoma University doit prouver que Cleveland a eu raison de parier sur lui plutôt que sur Lamar Jackson, sélectionné bien après Mayfield en 2018 et déjà vainqueur du titre de MVP pour sa deuxième saison en NFL.

Mayfield ne pourra pas se planter avec des receveurs de classe mondiale comme Odell Beckham Jr. et Jarvis Landry à sa disposition. Il devra montrer plus d’assurance et plus de rapidité dans ses prises de décisions.

À sa décharge, on peut dire que Mayfield n’a pas été aidé par sa ligne offensive la saison dernière ; les 40 sacks qu’il a subis sont beaucoup trop importants pour un jeune QB qui n’a pas beaucoup d’expérience en NFL, et qui doit déjà composer avec la pression du résultat.

Il est aussi important de rappeler que les Browns ont remporté 12 matches – pour 17 défaites – depuis que Mayfield a pris les rênes de l’équipe. Avant son arrivée, Cleveland n’avait remporté qu’un match – pour 32 défaites et un match nul – depuis 2016.

Il n’est pas gravé dans le marbre que Cleveland puisse abandonner Mayfield dès cette saison, peu importe ce qu’il se passera. Avec les atouts dont il dispose, celui que l’on percevait un temps comme le messie d’une équipe à la dérive serait tout de même bien inspiré de rendre une bien meilleure copie en 2020.

Une ligne offensive enfin digne de ce nom

L’attaque des Browns en 2019 :

335 points marqués (20,9 en moyenne par match) ; vingt-deuxième de la NFL

La ligne offensive a été le point noir des Browns en 2019, ce qui est inacceptable lorsqu’on doit protéger un jeune quarterback appelé à un grand avenir dans la NFL.

Les Browns ont parfaitement compris qu’il fallait faire mieux pour espérer de meilleurs résultats en 2020 : le nouvel entraîneur Kevin Stefanski a amené avec lui Bill Callahan, considéré comme l’un des meilleurs entraîneurs de ligne offensive de toute la ligue.

Callahan aura de quoi faire en 2020, puisque les Browns ont sélectionné l’offensive tackle Jedrick Wills en dixième position de la Draft. L’ancien d’Alabama n’arrive pas seul, les Browns ayant offert un contrat de 42 millions de dollars pour trois ans à un autre offensive tackle, Jack Conklin, venu des Titans. La protection de Baker Mayfield semble tout de suite plus rassurante avec l’arrivée de ces deux joueurs. Conklin et Wills s’ajouteront à Joel Bitonio, retenu pour le Pro Bowl en 2018 et en 2019, sur la ligne offensive.

Les Browns pourront également compter sur Jarvis Landry et Odell Beckham Jr., un duo de receveurs dont peu d’équipes disposent. Ces deux joueurs d’élite pourraient grandement bénéficier d’une ligne offensive revigorée, qui permettra à Mayfield de ne plus précipiter ses décisions. Les deux anciens pensionnaires de LSU seront à n’en pas douter des éléments incontournables dans l’attaque de Cleveland en 2020.

Cleveland ne dispose pas seulement d’un tandem d’exception à la passe ; avec Nick Chubb et Kareem Hunt, les Brownies ont également deux running backs de très haut niveau qui permettent de créer un équilibre parfait entre le jeu de course et le jeu de passe. Sélectionné au deuxième tour de la Draft en 2018, soit la même année que Mayfield, Chubb a d’ailleurs été sélectionné pour le Pro Bowl la saison passée.

Au poste de tight end, les Browns se sont également renforcés avec le recrutement d’Austin Hooper, l’ancien des Falcons sélectionné à deux reprises pour le Pro Bowl (2018 et 2019). Hooper a rejoint l’Ohio pour quatre ans et 44 millions de dollars.

L’attaque de Cleveland ne manque donc pas de talent, mais il sera capital pour la ligne offensive de protéger Mayfield avec bien plus d’efficacité que la saison dernière, et pour OBJ, Landry et Hunt, de rester focalisé sur ce qu’il se passe sur le terrain plutôt que de multiplier les déclarations fracassantes dans la presse.

Myles Garrett reste le patron de la défense

La défense des Browns en 2019 :

393 points marqués (24,6 en moyenne par match) ; vingtième de la NFL

Lorsqu’il n’était pas occupé à écraser la tête des quarterbacks adverses avec leur propre carte, Myles Garrett a maintenu son rôle d’intimidateur dans la défense de Cleveland. Le choix n°1 de la Draft 2017 a réalisé 29 plaquages et 10 sacks l’an dernier ; il réalisait une excellente saison avant d’être suspendu pour les six derniers matches de son équipe. Garrett, à l’image de certains de ses coéquipiers en attaque, devra montrer plus de discipline sur et hors du terrain. Il n’en restera pas moins une pièce maîtresse dans le succès des Browns.

Garrett ne sera pas le seul à mettre sous pression le QB d’en face ; Sheldon Richardson et Olivier Vernon et Adrian Claybone – arrivé des Vikings au mois d’avril – l’accompagneront dans cette tâche. Cleveland a également sélectionné le defensive tackle de Missouri, Jordan Elliott, au troisième tour de la Draft.

Le groupe de linebackers a été renouvelé : exit Joe Schobert – parti pour 53.75 millions de dollars sur cinq chez les Jaguars -, Christian Kirksey et Adarius Taylor, bienvenue à BJ Goodson, arrivé des Packers, et à Jacob Phillips – sélectionné au troisième tour de la Draft en provenance de LSU -, et Malcolm Smith.

La position de safety a elle aussi été revisitée, avec les départs de Damarious Randall, d’Eric Murray et de Morgan Burnett. Les Browns s’appuieront sur Grant Delpit – un autre produit de LSU, récupéré en deuxième position de la Draft en avril – ainsi que sur Andrew Sendejo et Karl Joseph.

Denzel Ward reste une valeur sûre au poste de cornerback.

Stefanski doit amener de la discipline à Cleveland

Freddie Kitchens a prouvé la saison dernière qu’il n’était pas encore prêt – et qu’il ne le sera peut-être jamais – à assumer le poste d’entraîneur en chef d’une équipe de NFL. Souvent confus, il n’a jamais vraiment eu la mainmise sur le vestiaire, n’est pas parvenu à remotiver son équipe et a au contraire semblé passif à de trop nombreuses occasions. Sa gestion de l’horloge laissait également à désirer.

C’est donc Kevin Stefanski, coordinateur offensif des Vikes la saison passée, qui devra réussir là où Kitchens a échoué : veiller à ce que son équipe reste concentrée sur la tâche à accomplir, garder son vestiaire uni et exploiter pleinement le potentiel d’une attaque qui regorge de talents à toutes les positions. Stefanski aura beaucoup de travail à accomplir, mais la tâche n’en reste pas moins excitante.

Quel bilan pour les Browns en 2020 ?

Les Browns en 2019 :

6 victoires pour 10 défaites ; troisièmes de l’AFC North ; non-qualifiés pour les playoffs

2020 doit être la saison de la rédemption pour Baker Mayfield et Cleveland. Avec des running backs comme Nick Chubb et Kareem Hunt et des wide receivers du niveau d’Odell Beckham Jr. et de Jarvis Landry, une nouvelle absence en playoffs serait désastreuse pour les Browns.

Mayfield devra prouver qu’il a les qualités nécessaires pour tenir une attaque. Sa maturité et sa concentration seront les éléments clés de son succès, ou de son échec. Une chose est sûre : avec une ligne offensive clairement supérieure à celle de l’an passé et des receveurs dignes du Pro Bowl en Landry et Beckham Jr., Mayfield n’aura plus d’excuses.

Kevin Stefanski devra lui aussi montrer qu’il peut rallier cette jeune équipe à une cause commune. Si Cleveland ne semble pas en mesure de défier Baltimore pour la tête de l’AFC North, une place parmi les sept qualifiés pour les playoffs est plus que requise pour éviter un nouveau drame à Noël.

Summary
Les Browns feront-ils taire les critiques en 2020 ?
Article Name
Les Browns feront-ils taire les critiques en 2020 ?
Description
Cleveland saura-t-il éviter les distractions extra-sportives pour retourner en playoffs, dix-sept après sa dernière participation ?
Author
Publisher Name
The Free Agent
Publisher Logo

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.