Forces et faiblesses des équipes NFL : AFC North

Notre tour des forces et faiblesses en NFL nous amène aujourd’hui du côté de la AFC North, division d’une des équipes prétendantes au titre : les Baltimore Ravens. Même s’ils sont largement favoris il ne faudra ni sous-estimer les Steelers de Pittsburgh ni les Browns de Cleveland. Enfin tout le monde gardera un oeil du côté des Bengals de Cincinnati pour voir évoluer Joe Burrow, 1er choix de la dernière draft.

Baltimore Ravens 

Les forces 

Quoi de mieux que le MVP en titre dans son effectif, et bien pas grand chose. En effet les Ravens comptent Lamar Jackson, au poste de quarterback, dans leurs rangs. Après avoir répondu, la saison passée, aux doutes quant à sa capacité à lancer le ballon, il apparait désormais comme un des meilleurs joueurs à son poste. A l’instar d’un joueur comme Michael Vick, il est un quarterback aussi dangereux à la passe (3 127 yards, 36 td à la passe, 6 interceptions et 66% de passes complétées) qu’à la course (1 206 yards et 7 td à la course), il est une double menace à lui seul. 

Restons en attaque et dans le backfield pour la seconde force : les running backs. La saison dernière, les Ravens étaient la meilleur attaque au sol de la ligue menés par Mark Ingram et Lamar Jackson. Ainsi, ils comptabilisent 3 296 yards au sol (environ plus de 1 000 yards supplémentaires que les 2e : San Francisco) et 21 touchdowns à la course. Cette saison s’annonce tout autant fructueuse puisqu’ils ont gardé Gus Edwards et Justice Hill qui complétaient leur travail au sol et ajouté JK Dobbins à la draft, un des meilleurs de sa cuvée.

Quand on parle du jeu au sol il ne faut pas oublier la ligne offensive, sans qui les coureurs ne pourraient pas grand-chose. Les tackles Ronnie Stanley (classé 2nd à son poste selon PFF) et Orlando Brown Jr, ont tout deux participé au Pro Bowl la saison passée et seront présents en 2020 pour protéger Jackson et ouvrir des brèches aux coureurs.

Enfin, le backfield défensif au sein duquel on retrouve trois excellents joueurs que sont Marcus Peters, Marlon Humphrey et Earl Thomas III. Ils ont tous été sélectionnés pour le Pro Bowl en 2020 et même dans la All Pro first team de la saison dernière pour Peters et Humphrey. De plus, les statistiques confirment cette domination avec seulement 15 touchdowns (2e en NFL) et 3 315 yards concédés à la passe (6e en NFL). 

Les faiblesses

Tout d’abord, c’est au poste de receveur que l’on retrouve la première faiblesse des Ravens. En effet, même si Marquise Brown commence à se faire un nom parmi les très bons receveurs de la NFL, ses coéquipiers sont eux bien moins forts. Cependant Hollywood Brown doit encore beaucoup prouver puisque après un départ tonitruant, il a été freiné par une blessure qui l’a longtemps écarté des terrains. Il est donc nécessaire de savoir s’il tient le rythme sur une saison entière. La deuxième option de Lamar Jackson est Willie Snead qui a accumulé 339 yards la saison passée. C’est peu au vu de son statut de 2e receveur mais également si l’on considère qu’il est le receveur principal en l’absence de Brown. Enfin, Seth Roberts et Miles Boykin ont cumulé 469 yards soit moins que les 584 de Brown. Encore une fois, les statistiques sont là pour confirmer cette faiblesse puisqu’on a lancé, à Baltimore, pour un total de 3 225 yards (27e en NFL). Devin Duvernay a donc été drafté cet été pour tenter de combler ce manque de talent et d’options à la passe.

L’intérieur de la ligne offensive apparait également comme une faiblesse pour les Ravens. Il faut en effet combler le départ du guard Marshal Yanda, 8 fois Pro bowler (dont la saison passée) et 2 fois titulaire de la All Pro first team. Aucun mouvement significatif n’a été effectué par la franchise du Maryland pour compenser ce départ. Connaissant la qualité des joueurs extérieurs de cette ligne, les adversaires des Ravens risquent d’envoyer beaucoup de pression à l’intérieur. Si elle ne s’avère pas efficace, Jackson pourrait devenir très exposé et il disposera de moins de temps pour prendre des décisions. On l’oublie parfois mais la ligne offensive est une composante essentielle 

d’une équipe et une perte importante au sein de cette dernière peut considérablement changer l’attaque.

Pittsburgh Steelers

Les forces 

La principale force des Steelers a déjà été observée la saison passée, c’est sa capacité à mettre la pression sur la ligne offensive et donc sur le quarterback de l’équipe adversaire : le pass rush. Ce sont les joueurs de ligne défensive et les linebackers extérieurs qui contribuent principalement à mettre cette pression. Pour la saison à venir, Pittsburgh retrouvera en majeure partie les joueurs ayant contribué à leur domination défensive l’année dernière avec 54 sacks au total (1er en 2019).

En effet nous retrouverons Cameron Hayward, pro bowler et titulaire de la All-Pro first team l’an dernier (9 sacks en 2019) et Stephon Tuitt (3,5 sacks en 2019) pour les defensive tackles, ainsi que Bud Dupree (11,5 sacks en 2019) et T.J Watt également pro bowler et sélectionné dans la All-Pro first team (14,5 sacks en 2019) chez les linebackers extérieurs. Il ne faut pas non plus oublier que Stephon Tuitt sort d’une saison compliquée dû à une blessure qui l’a restreint à jouer seulement 6 matchs. Il faut donc s’attendre à une rehausse de son impact dont ses coéquipiers bénéficieront grandement. Il est loin d’être impossible de voir le pass rush des Steelers être encore plus efficace la saison prochaine !

Toujours en défense, direction le backfield pour l’autre force de l’équipe. On y retrouve deux pro bowlers 2019 : le cornerback Joe Haden ainsi que le safety Minkah Fitzpatrick, également joueur de la All-Pro first team. Le cornerback Steven Nelson et le safety Terrel Edmunds seront surement titulaires à leurs côtés. Pour cette défense, le front office de Pittsburgh semble miser sur la continuité puisque l’on retrouve les mêmes starters que la saison passée. Bien leur en prends sachant les performances affichés l’an dernier, les Steelers étaient 3e meilleure défense contre la passe en ne concédant que 3 113 yards et ayant effectué 20 interceptions (2nd en 2019)

Enfin, les deux tight end Eric Ebron et Vance McDonald sont deux des meilleurs à ce poste. McDonlad était déjà assez bon pour les Steelers notamment il y a deux ans, mais cette saison il sera le remplaçant de Eric Ebron auteur de très belles saisons du côté d’Indianapolis. Le deux pourront donc être très dangereux et compenser une des faiblesses que nous évoquerons par la suite.

Vous l’aurez compris, Pittsburgh pourra s’appuyer sur une défense qui a déjà fait ses preuves la saison passée en ne concédant que 303 points (5e en NFL) et 4 866 yards (5e en NFL) la saison dernière.

Les faiblesses

Le plus gros point faible de cette équipe se trouve en attaque et c’est son jeu de course qui était catastrophique l’année dernière. Ils avaient couru pour 1 447 yards (29e en 2019) et marqué 7 touchdowns (29e en 2019). Evidemment ce sont les joueurs de ligne offensive et les running backs qui comptent pour faire fonctionner le jeu au sol et malgré l’excellent niveau des linemens David DeCastro et Maurkice Pouncey, tout deux pro bowlers, le reste laisse à désirer. Le left tackle Alejandro Villanueva est, quant à lui, un bon joueur qui ne constitue pas une faiblesse. Cependant le reste de la ligne est assez fragile et les remplaçants ne sont pas rassurant, si jamais un des pilier de la ligne venait à se blesser ce serait un vrai cauchemar pour l’attaque. Cette ligne aurait également la tâche de protéger un Ben Roethlisberger vieillissant et revenant d’une grosse blessure qui lui a fait manquer 14 matchs.

De plus James Conner qui a eu une très bonne saison en 2018, a été quelque peu décevant puisqu’il a couru pour 464 yards et 4 touchdowns en 10 matchs en 2019. Reste à voir ce qu’il peut donner sur une saison complète. 

Qui pour recevoir les ballons de big Ben ? C’est bien ce que l’on se demande. Et même si Smith-Schuster bénéficie toujours d’une bonne côte en NFL, il faut reconnaitre qu’il n’a pas su se montrer au niveau attendu d’un receveur numéro 1. En effet il n’affiche que 522 yards et 3 touchdowns en 12 rencontres la saison passée contre 1 426 yards et 7 touchdowns il y a 2 ans. C’est probablement Diontae Johnson qui sera titulaire à ses côtés, rookie la saison dernière il avait cumulé 680 yards et 5 touchdowns. Il pourrait être une superbe deuxième option, si tant est que Juju prouve être la première option. James Washington quant à lui serait la troisième option à ce poste, capable de quelques coups d’éclats il devra confirmer sa bonne saison 2019 conclue avec 735 yards et 3 touchdowns. Enfin on gardera un oeil sur le rookie Chase Claypool sélectionné au 2e tour qui pourrait se battre pour un poste de titulaire. 

C’est donc le manque d’un réel receveur numéro 1, depuis le départ de Antonio Brown, qui fait défaut à ce jeu de passe et qui a mené à un pauvre total de 2 981 yards dans les air (31e en 2019) et 18 touchdowns (29e en 2019).

Cependant il suffirait qu’un des joueurs s’élève au niveau de receveur principal et d’une bonne contribution des tight ends pour faire revivre cette attaque. Finalement c’est peut-être même le simple retour d’un vrai quarterback titulaire en la personne de Roethlisberger qui transformera le jeu de passe et par conséquent ouvrirait des brèches pour le jeu de course.

Cleveland Browns

Les forces 

Jouer contre Cleveland ne sera pas une tâche facile cette saison, surtout pour les linebackers adverses qui auront à affronter l’escouade de running backs de ces Browns. Le titulaire est Nick Chubb, il s’est révélé être un des meilleurs coureurs de la ligue grâce à sa vitesse et sa capacité à casser les plaquages, sa sélection au Pro Bowl 2019 en témoigne. Ce dernier cumule 1 494 yards et 8 touchdowns à la course la saison passée. Ce sont les mêmes atouts auxquels on ajoute l’habilité à jouer receveur que l’on retrouve chez son coéquipier Kareem Hunt qui a tout pour être titulaire en NFL. Il ne faut pas se fier aux stats de Hunt la saison passée car il n’a joué que 8 matchs et revenait d’une suspension. Ainsi, que ce soit l’un ou l’autre, la défense adverse sera en danger à tout moment et de différentes manières : par la vitesse, la force ou encore par la passe. 

Ce n’est pas la peine d’aller chercher bien loin pour la deuxième force : les receveurs. Bien loin des résultats attendus et de ce que la hype nous promettait la saison passée, les stars des Browns vont devoir hausser leur niveau pour cette saison 2020 à commencer par les receveurs. Contre toute attente c’est Jarvis Landry, pro bowler l’an dernier qui a été le plus productif à la réception avec 1 174 yards et 6 touchdowns, Odell Beckham Jr quant à lui a compilé 1 035 yards et 4 touchdowns bien loin de ses standards habituels. Mais il ne faut pas pour autant oublier les autres saisons de OBJ et après un an d’adaptation et l’arrivé d’un nouveau Head Coach, attendez vous à retrouver le Odell que vous avez connu. Taywan Taylor, Rashard Higgins et le rookie Donovan Peoples-Jone seront là pour suppléer ces deux titulaires.

Après le recrutement du pro bowler Austin Hooper, le poste de tight end est devenu une réelle force pour cet effectif. Il sort de sa saison la plus prolifique avec 787 yards et 6 touchdowns. Avoir cette valeur sûre pourra être d’une grande aide pour le quarterback Baker Mayfield. C’est David Njoku qui le secondera, sauf trade éventuel, et qui tentera de confirmer sa très bonne saison 2018 en oubliant sa saison de 4 matchs en 2019. Si les Browns disposent de ses deux joueurs pour cette saison ils auront encore une fois deux joueurs de calibre titulaire pour un même poste.

Baker Mayfield n’aura aucune excuse cette saison, il n’a jamais été si bien entouré.

Enfin, la ligne défensive pourrait être une des plus dominantes la saison prochaine avec le retour de suspension de Myles Garrett qui avait déjà enregistré 10 sacks en 10 matchs. Sheldon Rishardson, Olivier Vernon et Larry Ogunjobi pourront profiter de l’impact de Garrett pour briller eux aussi et améliorer leurs statistiques déjà bonnes la saison passée.

Les faiblesses

Cleveland devra faire sans son dernier top linebacker, Joe Schobert, parti du côté de la Floride pour rejoindre les Jaguars de Jacksonville. A part B.J. Goodson, en NFL depuis 5 ans, il n’y a que des rookies ou des joueurs inexpérimentés qui n’ont rien prouvé dans cette ligue. Ils ont drafté Jacob Phillips au 3e tour pour essayer de trouver un joueur qui aura le calibre d’être titulaire en NFL. La saison s’annonce assez compliqué au coeur de la défense des Browns. Les stats déjà mauvaises de l’année dernière, 2 315 yards encaissés contre la course (30e en 2019) et 19 touchdowns concédés face au jeu au sol (28e en 2019), ne risquent pas de s’améliorer cette saison.

Encore une fois en défense et plus précisément dans le backfield, le roster n’est pas rassurant. Mis à part Denzel Ward qui affiche un excellent niveau depuis son arrivée en NFL, il n’y a également que des jeunes inexpérimentés qui ont du mal à se faire une place dans la ligue. Pour tenter de remédier à ce manque, les Browns ont drafté Grant Delpit au poste de safety qui pourrait aisément prendre une place de titulaire, mais qui sera probablement assez léger pour sa première saison.

Enfin, l’énorme chantier de l’été était la ligne offensive qui devait obligatoirement être renforcée. Cela est chose faite notamment avec la draft en 10e position du tackle très prometteur Jedrick Wills. Certes la ligne a donc été largement renforcée mais un joueur va-t-il suffire à la transformer ? En tout cas, les Browns devront faire avec Wills, le pro bowler 2019 Joel Bitonio et Jack Conklin en tant que leaders de cette ligne. Ce point est finalement plus une interrogation qu’une faiblesse avérée.

Cincinnati Bengals 

Les forces

Même si les Bengals ne sont évidemment pas l’équipe la plus talentueuse à l’aube de la saison 2020, certains postes de l’effectif s’avèrent être très intéressants. Tout d’abord, les receveurs constituent probablement la plus grosse force de cette équipe. Le retour de blessure de A.J Green devrait leur permettre de retrouver une excellente première option à laquelle on peut ajouter Tyler Boyd (1 046 yards à la réception et 5 touchdowns en 2019) comme 2e option et des compléments qui peuvent apporter de la diversité comme John Ross et sa vitesse ou Tee Higgins drafté au 2nd tour. Joe Burrows aura largement assez de cibles talentueuses pour sa première saison.

L’autre grande force de cette équipe est sa ligne défensive. Elle est composée de Geno Atkins (pro bowler 2019) Sam Hubbard et Carlos Dunlap qui mettaient énormément de pression sur la ligne adverse avec respectivement 4,5, 8,5 et 9 sacks. D.J Reader, ancien des Texans, a été signé cet été et même s’il n’apporte que 2,5 sacks son impact est bien plus fort puisque l’on dénombre 35 pressions effectuées sur le quarterback la saison passée. Toutes ces pièces assemblées donnent donc une defensive line dominante et très gênante pour le quart-arrière adverse.

Les faiblesses

Cependant, les faiblesses restent plus nombreuses, à commencer par la ligne offensive. Déjà très mauvaise la saison dernière, comme le montre les 48 sacks encaissés et l’inefficacité du jeu de course (1 517 yards au sol et 9 touchdowns), ce n’est pas cette saison que l’on verra une grande amélioration. En effet, seuls l’agent libre Xavier Su’a-Filo et le rookie drafté au 6e tour Hakeem Adeniji sont venus renforcer cet effectif. Aucun des deux n’est attendu à un bon niveau, ni même aucun de ceux présents la saison passée. Seul Jonah Williams semble être talentueux dans cette équipe mais sa blessure remet totalement en question son potentiel. Alors si Burrow trouvera son bonheur chez les receveurs, il risque de voir passer de nombreux pass rushers adverses au cours de l’année.

De même, le poste de linebacker fait office de faiblesse dans cet effectif. Comme pour la ligne offensive, cette position était déjà une faiblesse en 2019 avec 2 382 yards encaissés au sol, soit la plus mauvaise défense contre la course de la saison dernière. Le vétéran Josh Bynes a été signé cet été pour accompagner les nombreux jeunes qui composent le groupe de linebacker. Dans ces jeunes on retrouve 3 athlètes choisis lors de la dernière draft : Logan Wilson au 3e tour, Akeem Davis-Gaither au 4e tour et Markus Bailey au 7e tour. Finalement, Cincinnati mise sur la quantité de jeunes talents pour essayer de trouver ceux qui finiront par être leurs titulaires mais peut-être qu’aucun ne se montrera au niveau et un choix devra alors se faire par défaut.

Enfin, les tight ends sont la dernière grosse faiblesse de cette équipe. Les seuls 242 yards récoltés par CJ Uzomah montrent qu’ils ne sont que très peu impliqués dans le système offensif de l’équipe. Rien a bougé de ce côté de l’effectif et il n’y a donc rien d’autre à dire, ce poste n’est vraiment pas la priorité des dirigeants des Bengals.

Dites nous quelles sont les forces et faiblesses des équipes de la AFC North selon vous !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.