NBA : portrait de Patrick Ewing des Knicks de New York

Photo prise à la Maison Blanche avec Ronald Reagan, le coach John Thompson et Patrick Ewing vainqueur de la finale NCAA en 1984. Source : Lane Stewart / Sports Illustrated via Getty Images

Patrick Ewing de son vrai nom, Patrick Aloysius Ewing est né en Jamaïque le 5 août 1962 à Kingston. Dans son enfance il était dingue de cricket et de football dans l’île du reggae, quand sa famille déménage à Boston c’est là qu’il découvre le basket. Après cette découverte le très grand (2m13 pour 109 kg) Patrick a été obligé d’apprendre les fondamentaux du basket, mais il se sentait bien sur un parquet de basket. C’est à Georgetown que tout a commencé. Au sein de la fac de Washington, il évolue sous les ordres de John Thompson qui était son coach et son mentor, presque un deuxième père. Il est d’une nature fidèle et plus tard il sera ami avec Alonzo Mourning et Dikembe Mutombo, pivots comme lui des Hoyas. Durant ses quatre années à Georgetown, Ewing est vite devenu une star et il a été titulaire dès sa première saison, ce qui était peu courant à l’époque mais il était si talentueux. La preuve en quatre années avec les Hoyas de Georgetown il a disputer trois fois la finale du championnat NCAA et l’a gagné une fois en 1984.

PALMARÈS UNIVERSITAIRE

  • Champion NCAA en 1984 avec les Hoyas de Georgetown
  • 2 Finales NCAA perdues face aux Tar Heels de la Caroline du Nord en 1982 et face aux Wildcats de Villanova en 1985
  • Élu Most Outstanding Player du Final Four de 1984
  • Élu Naismith College Player of the Year 1985
  • Gagnant du Trophée Adolph Rupp en 1985
Patrick Ewing qui pose avec son N°33 des New York le jour de la draft NBA en 1985 aux côtés de David Stern et le General Manager Dave DeBusschere des Knicks. Source : Noren Trotman / NBAE via Getty Images

Un an après avoir perdu la finale NCAA, Patrick Ewing se présente à la draft NBA et il est sélectionné en 1ère position de la draft 1985 par les Knicks de New York, il fait les premières pages des journaux de la ville. C’est l’époque où Canal + par le biais de George Eddy font leur apparition sur les écrans de télévision français. Pendant toute une saison Ewing en capitaine d’une équipe jouant dans une salle à moitié vide se fait siffler, voir entend des jurons racistes et méchants avant qu’arrive Pat Riley en tant que head coach. À ce moment il impose sa patte pour sa deuxième saison dans la ligue et tout passe par lui, il est le pivot dominant bien avant l’arrivée de Shaquille O’Neal en NBA. On surnomme « The Beast of the East » celui par qui tout passe en attendant que le célèbre N°33 fasse gagner l’équipe des Knicks. Malgré sa domination sans partage le grand Patrick Ewing ne gagne pas de titre de champion.

DISTINCTIONS PERSONNELLES

  • Rookie of the Year en 1986
  • Élu dans la NBA All-Rookie First Team en 1986
  • Rookie du mois de la NBA en novembre 1985 et janvier 1986
Patrick Ewing qui pose pour une photo de la Dream Team de 1992 aux JO de Barcelone. Source : Nathaniel S. Butler / NBAE via Getty Images

Malgré cette étiquette qui lui colle à la peau il fait parti des 12 joueurs NBA qui iront représenter les ÉtatsUnis aux Jeux Olympiques de Barcelone en Espagne. Il fait la couverture du magazine français 5 Majeur de l’époque, avec Michael Jordan, Magic Johnson, Karl Malone et Charles Barkley. Malgré le fait qu’il était trop timide, voir trop frustre, il fait parti des 12 joueurs qui resteront pour l’éternité d’avoir été la Dream Team et de gagner l’or olympique des JO de 1992. La suite on la connaît tous.

PALMARÈS AVEC TEAM USA

  • Médaille d’or aux Jeux Olympiques de 1984 et 1992
« The Beast of the East » contre « The Dream » lors du match 7 des Finals NBA 1994. Source : Andrew D. Bernstein / NBAE via Getty Images

À l’annonce de la retraite sportive de Michael Jordan, pour une parenthèse baseball, le grand Patrick Ewing proclame que l’heure est venue pour les Knicks de remporter le titre de champion de la NBA. En l’espace de deux saisons les adversaires de New York ne rigolent plus, l’équipe joue dure, limite aggressive, soudée autour d’une défense avec Charles Oakley, Anthony Mason et John Starks entre autre et caché par Pat Riley qui aboie ses ordres, ça ne rigole pas et le public du Madison Square Garden adore. 1994 était l’année des Knicks « The Beast of the East » devait donner un titre tant attendu par les fans de la grosse pomme depuis vingt ans, mais il y avait un obstacle et pas des plus simples à franchir. Les Rockets de Houston du grand Hakeem Olajuwon surnommé « The Dream » pour sa mobilité de chat pour un pivot, des moves d’artistes et un sourire de star de cinéma. Une finale perdue en sept match qui sera suivie d’une autre quelques années plus tard lors du lockout de la saison de 1999 face aux Spurs de San Antonio des « Twins Towers » que sont David Robinson et le jeune Tim Duncan N°1 de la draft de 1997.

Patrick Ewing accompagné de ses proches lors de la cérémonie de retrait de son maillot hissé en haut du Madison Square Garden. Source : Corey Sipkin / NY Daily News Archives via Getty Images

Patrick Ewing aurait aimé terminer sa carrière de basketteur à New York avec le maillot des Knicks sur les épaules. Mais il a quitté la ville, son équipe de toujours avec qui il a joué plus de 1.000 matchs, sur un malentendu et est envoyé aux Sonics de Seattle.
Shaquille O’Neal fera un commentaire concernant ce transfert :
 » On ne transfère pas une légende« .
La légende des Knicks n’a pas réussi à offrir un troisième titre à la franchise de New York après ceux de 1970 et 1973 et termine sa carrière au Magic d’Orlando en étant remplaçant. Le 18 septembre 2002 il annonce sa retraite sportive, les Knicks de New York retirent le célèbre N°33 et il est hissé au plafond du Madison Square Garden pour l’éternité le 28 février 2003 et sera quelques années plus tard introduit au Hall of Fame de la NBA le 6 septembre 2008. Il sera accompagné de six autres légendes dont son coach Pat Riley et son adversaire en 1994, Hakeem « The Dream » Olajuwon.

L’histoire de Patrick « The Beast of the East » Ewing en vidéo VOST en français

PALMARÈS EN NBA

  • Finaliste NBA en 1994 et 1999 avec les Knicks de New York
  • Champion de la Conférence EST en 1994 et 1999 avec les Knicks de New York
  • Champion de la Division Atlantique en 1989, 1993 et 1994 avec les Knicks de New York
  • Vainqueur de l’Open McDonald’s en 1990 avec les Knicks de New York
  • Sélectionné 11 fois au Star Game NBA
  • Sélectionné dans la All-NBA First Team en 1990
  • Sélectionné 6 fois dans la All-NBA Second Team en 1988, 1989, 1991, 1992, 1993 et 1997
  • Sélectionné 3 fois dans la All-Defensive Second Team 1988, 1989 et 1992
  • Sélectionné parmi les Meilleurs joueurs du cinquantenaire de la NBA en 1996
  • Élu au Naismith Memorial Hall of Fame en 2008
  • Son maillot, le N°33 est retiré par les Knicks de New York

Statistiques : 1183 matchs 34.3 min 21 pts 50.4 % shoot 74 % FT 9.8 rbs 1.9 passe 2.44 blk

Le 6 juillet 2020 commence à New York la semaine commémorative en l’honneur de Patrick, « The Beast of the East », Ewing. Le programme est disponible via le Tweet du MSG Networks ci-dessous :

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.