« On se lèche les babines en pensant à Lafrenière », avoue Claude Julien

Graham Hughes (The Canadian Press)

À l’occasion d’une conférence téléphonique avec la presse, Claude Julien a évoqué le cas d’Alexis Lafrenière, attendu comme le premier choix lors de la prochaine Draft de la NHL.

« Comment vont réagir les partisans si nous ne gagnons pas la première ronde et que nous n’obtenons pas Lafrenière ? »

L’entraîneur de Montréal est parfaitement conscient de la possibilité d’acquérir le jeune espoir de 18 ans : les Canadiens font partie des seize équipes présentes dans le premier tour qualificatif pour les playoffs. L’une des huit équipes éliminées aura ensuite la possibilité d’être la première à choisir dans la Draft 2020, dont la date reste encore indéterminée.

Ceci dit, Julien ne pense pas à sacrifier la série au meilleur des cinq matches contre les Penguins dans le but d’obtenir Lafrenière. L’entraîneur du Tricolore confirme qu’un succès contre Pittsburgh passera avant les 12.5% de chances d’obtenir ce premier choix de Draft.

« Comment vont réagir les partisans si nous ne gagnons pas la première ronde et que nous n’obtenons pas Lafrenière ? (…) C’est sûr que ça fait rêver ! Il y a plusieurs équipes qui se lèchent les babines en pensant qu’elles vont avoir l’occasion de repêcher Lafrenière. Mais les chances de ne pas l’avoir sont encore plus grandes. On n’a jamais connu ça dans la NHL. (…) La meilleure façon d’avancer est de faire de notre mieux.

Claude julien, entraîneur du canadien de montréal

Le CH était douzième de l’Association de l’Est, avec 71 points en 71 matches, lorsque la saison a été suspendue par le coronavirus. Julien est parfaitement conscient que cette série contre Pittsburgh (cinquième avec 86 points en 69 matches) représente une chance inespérée pour son équipe : « En mars, on ne pensait pas y être. C’est donc une belle opportunité et on va jouer pour gagner ! »

À dix longueurs de la huitième et dernière place qualificative détenue par Toronto, Montréal aurait eu peu de chances d’aller en playoffs sans ce tournoi de circonstance. Le Tricolore n’a plus participé aux séries depuis 2017, et une défaite en six matches face aux Rangers au premier tour.

Malgré les quinze points qui séparent Pittsburgh et Montréal au classement, Claude Julien s’est dit confiant par rapport aux chances de son équipe : « Je sais que les séries sont différentes de la saison régulière, mais on a toujours bien joué contre Pittsburgh cette saison, donc je ne vois pas pourquoi ça changerait. »

Les Canadiens avaient dominé les Penguins (4-1) le 11 décembre dernier ; Pittsburgh avait remporté les deux rencontres suivantes face à Montréal : 3-2 en prolongation le 5 janvier, et 4-1 le 15 février.

Julien a aussi assuré avoir pu profiter de ce congé forcé pour se préparer à affronter les Pens : « Avec notre personnel d’entraîneurs, on a tenu des vidéoconférences chaque semaine. On a regardé des vidéos et on a mis en place notre stratégie pour faire face aux Penguins. » L’ancien entraîneur des Bruins a confirmé que la plupart de ses joueurs étaient bien arrivés à Montréal, et qu’ils se tenaient prêts pour la reprise.

Claude Julien a témoigné sa confiance en la NHL quant aux consignes de sécurité qui seront mises en place lorsque le jeu reprendra. L’entraîneur de 60 ans a d’ailleurs affirmé qu’il ne verrait aucun inconvénient à porter un masque derrière le banc si on le lui demandait.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.