fbpx

LA Dodgers: maintenant ou jamais ?

PAR CHARLES TAUDIN 03 JUILLET 2020 Commenter
Los angeles Dodgers

L’intersaison 2020 a été marquée côté de Los Angeles par un blockbuster trade : l’arrivée du champ extérieur MVP des WS 2018 Mookie Betts et du CY 2012, David Price en provenance des Red Sox de Boston ainsi Brusdar Graterol et Luke Raley des Twins. Boston a reçu Verdugo, Jeter et Wongs de LA quand Minnesota a reçu Maeda et Camargo.

Ce trade est survenu après que Mookie Betts ait refusé une prolongation de 300M sur 10 ans. Le joueur souhaitant un contrat de 420M sur 12ans. Betts allait devenir agent libre à la fin de la saison 2020 après la signature pour un an en 2019 et 27 M devenant le plus gros salaire sur une saison.

Ce trade est survenu après que Boston ait ouvertement déclaré vouloir baisser sa masse salariale : Price qui a 30M de contrat par an sur encore 3 ans passe à LA avec Boston qui retient 50% du salaire : c’est un deal gagnant gagnant entre le joueur et son ex équipe.

Des changements bénéfiques pour la franchise

Los Angeles qui vient de boucler la saison 2019 avec le meilleur bilan de son histoire (106-56) a amélioré son roster. Cette amélioration est perceptible au bâton avec l’arrivée de Betts qui plus est un leadoff exceptionnel (1er joueur de l’alignement ce qui manquait un peu même si Pederson depuis 2018 dépannait mais au lieu daller sur base il tapait des HR) et l’émergence de Lux en 2nde base un poste partagé entre Kike, Taylor ou encore Muncy.

Côté lanceur Price est évidemment une pièce maitrise de la rotation (il occupera le spot numéro 3 derrière Kershaw et Buehler), le retour de Wood qui était parti aux Reds dans le trade avec Puig pour libérer du cap pour la superstar qui n’est jamais arrivée. Côté bullpen, là aussi LA a mis le paquet avec les arrivées de Treinen qui est un excellent lanceur de 8ème voire 9ème Manche et viendra soulager Jansen quand il s’agit de conclure.

Graterol qui est un jeune lanceur capable d’envoyer des balles rapide à 100mph, Nelson qui est un lanceur partant qui a peu joué en 2019 et va tenter de se relancer dans une équipe qui devra gérer au mieux tout ce monde pendant ses 2 mois intenses.

En contrepartie, Ryu qui a lancé une saison 2019 exceptionnelle (il aurait dû être CY) a signé à Toronto car LA ne voulait pas offrir un gros contrat à un joueur dont son niveau 2019 est plus une anomalie qu’une confirmation d un bon potentiel rien de plus. Verdugo a été envoyé à Boston dans le trade de Betts est un excellent joueur de champ extérieur mais qui a souvent été gêné par des pépins physique mais avec un réel niveau. Martin au poste de receveur sera une grosse perte tant son leadership dans le vestiaire et son expérience étaient indiscutables.

Avec tous ces mouvements, les Dodgers se positionne encore plus en leader de NL tant l’effectif s’est amélioré en qualité et en quantité pour une équipe qui possédait déjà avant l’intersaison le meilleur bilan de NL ainsi que le meilleur bilan historique de la franchise.

Price a son contrat sécurisé jusqu’en 2022, Bellinger est en 1ère année d’arbitration et est donc sécurisé jusqu’en 2022 également. Buehler est dans sa dernière année de contrat rookie et sera en arbitration jusqu’en 2024. Cela montre que le noyau dur de jeunes crack est encore à LA pour un bon moment (sauf sils sont inclus dans un trade mais cela serait vraiment fou).

Depuis 2014 LA est leader de division mais n’arrive pas à conclure en octobre. Ce mal devient trop récurent et l’arrivée de Betts qui lui a été le patron durant le sacre de Boston en 2018 arrive à LA un peu comme un messie tant son regard extérieur ainsi que son talent (il sera quand même vu comme l’atout numéro 2 tant Bellinger a pris de la place dans le cœur des fans) seront précieux pour espérer enfin décrocher le saint Graal sur le terrain (2017 étant un titre pas vraiment acquis sportivement malgré le fait que Houston ait triché).
Le trade avec Boston est précieux car fair venir 1 lanceur et un frappeur de ce niveau montrent que LA travaille encore et toujours pour gagner car 32ans cela fait depuis trop longtemps.

Le trade de Betts peu importe s’il reste sera gagnant tant son regard neutre va apporter car sur une saison de 60 matchs et vu la profondeur d’effectifs à tous les postes font que LA devrait voir les PO sans l’ombre d’un doute même si cela reste évidemment du sport.

Betts en refusant Boston a posé ses conditions pour accepter un contrat : 420M sur 12ans. Mais cela était avant la crise sanitaire du Covid.
Cela offres possibilités aux équipes : soit quelqu’un n a pas peur de la suite du baseball dans les années futures et sort les 420M soit les équipes proposent un contrat intermédiaire à Mookie : 4 ou 5ans de contrats mais au lieu de payer 35M payé 37 voire 40 ce qui ferait entre 150 et 200M.

Un calendrier favorable

Pour ce qui est du calendrier LA a tout pour aller loin : affronter San Diego, Arizona Colorado et San Francisco 10 fois chacun est vraiment un calendrier très abordable. Le reste sera 4 matchs contre les équipes de la même zone géographique mais de la division opposée ce qui donnera 4 matchs contre Houston (vu le scandale de 2017 cette série sera attendue tant LA a encore une haine vicerale), 4 dans le derby de LA ainsi qu Oakland, les Rangers et Seattle.

Le format des PO étant normalement le même que d’habitude, LA devrait retrouver si tout se passe bien les yankees aux WS et donner l’une des meilleures WS sur le papier tant les 2 équipes ont chacune un roster complet, expérimenté pour l’emporter.

A titre de comparaison LA malgré être vu comme le 2ème favori reste très proche de NY et même devant dans la rotation ainsi qu’au baton mais reste un petit peu en retrait concernant le bullpen. De plus d’un point de vue physique LA ne traîne pas de pépins comme c’est le cas à NY avec Stanton, Judge, Paxton ou encore Severino. Certains seront probablement aptes à l’opening day mais auront dû courir ou déjà être à fond dans une saison qui ira déjà bien vite.

Pour toutes ces raisons évoquées LA reste un favori au titre mais avec cette saison spéciale et Mookie Betts non garanti de rester c’est l’année où jamais pour LA car si la saison n’aboutit pas sur le sacre, le coach Roberts risque de prendre la porte et certains joueurs risqueront de demander d’aller voir ailleurs.
En effet déjà l’échec de 2019 a failli coûter la place au coach mais tout autre résultat que les WS sera vraiment l’année où Roberts sera viré car la direction et Friedmann le GM en-tête font tout depuis des années pour faire une équipe compétitive à la fois en régulière mais surtout en octobre. Betts n’est pas vu comme un sauveur mais un regard extérieur pouvant pallier les problèmes psychologiques voire mentaux de LAD.

AUTEUR : CHARLES TAUDIN

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

DÉCOUVRIR LES ARTICLES SELON LES SPORTS

MLB

Major League Baseball

NBA

National Basketball Association

NCAA

National Collegiate Athletic Association

NFL

National Football League

NHL

National Hockey League

WNBA

Women's National Basketball Association

%d blogueurs aiment cette page :