Forces et faiblesses des équipes NFL : AFC West

Après notre focus sur la division NFC South nous contiunons notre tour des forces en présence avant le retour de la NFL avec cette fois-ci la AFC West qui compte parmi elle, les vainqueurs du Super Bowl les Chiefs de Kansas City. Cette division sera donc sous tous les regards car il sera intéressant de voir si le champion en titre réussira ou non à confirmer son statut de favori face à des forces émergentes. Nous allons analyser les forces et faiblesses des équipes de cette AFC West.

Kansas City Chiefs

Quelles sont les forces et les faiblesses du champion en titre les Chiefs de Kansas City ?

Les forces :

La plus grande force de KC est sans aucun doute son trio offensif. Patrick Mahomes à la passe, Tyreek Hill à la réception et Travis Kelce comme Tight End. C’est sans aucun doute le trio le plus impressionnant de ligue et il a porté l’équipe jusqu’au Super Bowl et à la victoire. Mahomes est sans limite depuis son début dans la ligue, après sa première saison extraordinaire à 50 Touchdowns, l’an dernier a été moins prolifique pour lui à cause de blessures. Mais il a quand même réussi à revenir et mener son équipe à la victoire au Super Bowl. La consécration ultime.

Il est un grand leader, la puissance de son bras n’est plus un secret pour personne, et sa mobilité ne cesse de s’améliorer. Cette saison il faudra pour lui confirmer son statut de Star, mais on pouvait presque déjà dire cela la saison dernière, ce qui montre à quel point Mahomes à seulement 24 ans est impressionnant.

Il en va de même pour Hill et Kelce qui ont montré qu’ils étaient des valeurs sûres pour faire briller l’ancien QB de Texas Tech. La saison dernière Kelce est devenu le premier Tight End de l’histoire à avoir effectué quatre saisons à au moins 1000 yards. Ce qui en dit long sur sa continuité.

L’autre atout des Chiefs est leur bonne Draft. L’an dernier Mecole Hardman choisi en provenance de l’Université de Georgie, a réalisé une très bonne saison et a montré des qualités d’accélération tout bonnement exceptionnelles. Cette année KC met la barre encore plus haut avec l’arrivée de Clyde Edwards-Helaire en provenance du champion NCAA LSU. Les Chiefs ont eu quelques hésitations au cours de la saison dernière au poste de Running Back mais Damien Williams a fini par s’imposer à ce poste mais l’arrivée de Clyde Edwards-Helaire pourrait bien être la source d’une bonne surprise pour KC car il a montré être un RB très polyvalent qui s’il est développé correctement pourrait être une arme encore plus létale de l’attaque de KC.

Les faiblesses :

La plus grande force est aussi la plus grande faiblesse des Chiefs : Patrick Mahomes. Et l’interrogation qu’il porte. Pourra-t-il rester en bonne santé toute la saison ? Car les Chiefs sans leur star sur le terrain, ce n’est pas l’équipe terrible que l’on connait. L’an dernier a montré les limites de l’équipe de ce point de vue là. Heureusement Mahomes est vite revenu pour relancer sa saison mais les choses commençaient à être compliquées. Car plus qu’un joueur d’exception il est avant tout un meneur. Mais il reste encore du temps à Coach Reid et son équipe pour trouver une solution à ce problème avant le début de la saison.

L’autre faiblesse de Kansas City est une faiblesse que l’on connaît bien depuis un certain temps si on suit cette équipe : la défense. Même si les choses se sont un peu améliorées avec l’arrivée de Tyrann Mathieu en provenance de Houston la saison passée la défense face aux passes adverses laisse encore largement à désirer. L’arrivée d’un Cornerback pour renforcer cet aspect de la défense ne serait pas à négliger.

Denver Broncos

Drew Lock l’étoile montante des Broncos.

Les forces :

Denver peut aussi compter sur un bon trio offensif. Il n’est pas question de le comparer à celui de KC mais le leur est un trio plein d’avenir et de promesses qui pourrait bien commencer véritablement à être efficace cette saison. A commencer par Drew Lock, le QB the « Golden Arm » faisant référence à la puissante assez impressionnante de son lancer.

42e choix de second tour de Draft de l’an dernier, celui qui vient de l’Université du Missouri s’est doucement imposé comme un bon choix d’avenir pour la franchise du Colorado. C’est lors du match de Week 14 contre les Texans de Houston que Drew Lock a gagné sa place comme titulaire en scorant trois Touchdowns en première mi-temps, et en aidant son équipe à marquer une nouvelle fois dès le début de la seconde période. Au cours des cinq matches qu’il a disputé ensuite il a lancé pas moins de 1020 yards à la force de son bras. Drew Lock a fini très fort puisqu’il a égalé le record du nombre de victoires pour un rookie des Broncos, record qu’il co-détient désormais avec John Elway Quarterback de légende et accessoirement GM des Broncos. C’est lui qui avait amené Peyton Manning dans le Colorado, la suite vous la connaissez, les records qui tombent et une bague de champion avant de prendre sa retraite. John Elway semble avoir bien choisi cette fois-ci également, c’est ce que nous verrons cette saison.

En plus d’un QB d’avenir les Broncos pourront compter sur un RB qui continue de progresser : Phillip Lindsay. Le natif de Denver, qui a également joué au lycée à Denver et à l’Université du Colorado. C’est donc une carrière dans « The Centennial State » en référence à l’admission du Colorado dans l’union en 1876, soit cent ans après la Déclaration indépendance, en 1776. Il est quand même plutôt rare de voir des joueurs faire toute leur carrière dans un même Etat. Bon coureur et avec de bonnes mains. Lors du dernier match de la saison contre les Raiders Lindsay a dépassé les 1000 yards et est devenu le premier RB de l’histoire à finir ses deux premières saisons dans la ligue avec plus de 1000 yards.

Le troisième atout majeur des Broncos est une nouvelle addition à leur roster. Jerry Jeudy 15e choix de la dernière Draft en provenance de l’Université d’Alabama. Au cours de sa carrière universitaire il a reçu pas moins de 2742 yards en 42 matches pour 26 Touchdowns. Et a reçu lors de sa deuxième année à l’Université le « Fred Biletnikoff Award » qui récompense le meilleur receveur du pays à l’université. De quoi offrir à Drew Lock de nouvelles possibilités en attaque et permettre aux Broncos de se développer.

Les faiblesses :

L’inexpérience de cette équipe prometteuse pourrait être sa plus gros faiblesse pour la prochaine saison. Car bien que remplie de jeunes talents qui se développent il y a encore beaucoup d’interrogations. Notamment autour de Jerry Jeudy qui semble être un très bon choix sur le papier mais il sera intéressant de voir comment sa transition dans la ligue se fera. Et à son poste cela peut ne pas être instantané. Tout comme Drew Lock que l’on a vu que pour cinq matches cette saison, il sera donc intéressant de voir s’il est capable de s’imposer sur le long terme comme le numéro 1 à son poste et pouvoir mener l’équipe. Et surtout être capable de faire basculer la balance en leur faveur lorsque la pression sera élevée.

Leur autre faiblesse pourrait-être dans la protection des passes, au niveau des Cornerbacks. Les Broncos la saison dernière ont concédé beaucoup trop de yards à la passe notamment contre leurs adversaire directs dans leur division. Que ce soit les Raiders ou pire les Chiefs les Broncos ont énormément souffert. Pour information Travis Kelce a réalisé son meilleur match de la saison contres la franchise du Colorado avec 11 receptions sur 13 balles lancées.

Las Vegas Raiders :

Derek Carr fera-t-il enfin passer un cap aux Raiders ?

Les forces :

Les Raiders pourront compter cette saison sur un ligne offensive solide. De quoi laisser de la place aux courses et permettre une bonne protection de Derek Carr. Cela pourrait bien être la bonne saison pour lui pour véritablement passer un cap. Le renforcement de la ligne offensive avait commencé en 2019 avec deux bonnes signatures en free agency : celles de Richie Incognito et Trent Brown. Cette année durant la draft c’est John Simpson sélectionné au quatrième tour en provenance des TIgers de Clemson finalistes du championnat national.Ce dernier se trouve être un très bon choix de quatrième tour tant ses performances avec Clemson ont été appréciées où il a même été capitaine. Il aura donc deux vétérans, les deux signés lors de la free agency de l’an dernier pour l’encadrer et le faire progresser.

Au niveau de la dernière Draft les Raiders peuvent compter parmi leurs rangs l’arrivée de Demon Arnette 19 choix du premier tour de la Draft en provenance des Buckeyes d’Ohio State qui ont été une des meilleures équipes de la dernière saison NCAA. C’est donc un bon choix pour venir améliorer un compartiment de la défense qui manque à beaucoup d’équipes. De plus l’arrivée d’un WR en provenance de l’Université d’Alabama : Henry Ruggs devrait offrir à Derek Carr de nouvelles possibilités en attaque.

Enfin l’arrivée de Marcus Mariota qui sort d’une saison plus que décente avec des Titans qui sont arrivés un peu en surprise en playoffs, saison commencée en starter mais continuée en backup, avec quelques débuts de matches. Un statut qui pourrait être intéressant pour les Raiders car il protège évidemment l’équipe en cas de méforme de Carr mais aussi dans le but de mettre une petite pression à ce dernier pour le pousser à se dépasser. La compétition de l’ancien vainqueur du trophée Heisman avec l’Université de l’Oregon et deuxième choix de la draft 2015 risque d’être intéressante, et même si sauf grande surprise Carr devrait être titulaire cela fera toujours une excellente option pour les Raiders.

Les faiblesses :

Même si les Raiders ont drafté un Cornerback plein d’avenir en provenance d’une des meilleures sinon la meilleure université du pays, cela risque de ne pas suffire pour améliorer leur défense. Ils ont encore besoin de renforcer leur backfield et d’ailleurs viseront probablement un autre CB pour la prochaine draft. D’ailleurs leur dernier choix a été très discuté et Arnette arrivera avec une belle pression sur ses épaules, celle d’avoir été perçu par la presse spécialisée comme une erreur de choix. Mais les Raiders semblent tout de même bien armés à l’entée de cette nouvelle saison pour réaliser une belle performance et n’ont pas énormément de faiblesses graves

Los Angeles Chargers :  

Justin Herbert brillera-t-il pour sa raison de rookie ?

Les forces :  

Les Chargers ont récupéré en sixièmes position de la dernière Draft Justin Herbert en provenance de l’Université de l’Oregon. L’un des meilleurs espoirs au poste de QB et un joueur très attendu. On ne sait pas encore s’il va commencer la saison mais il est certain qu’il aura sa change à un moment ou un autre. Autant dire que l’attente et les espoirs atour de lui sont énormes. Véritable investissement de la Draft il pourrait représenter l’avenir de la franchise. Mais cela devrait être Tyrod Taylor pour commencer la saison. Jusqu’au moment où Herbert sera prêt.  

Dans le même thème l’autre choix de premier tour des Chargers : le linebacker Kenneth Murray de l’Université d’Oklahoma pourrait lui de façon quasiment certaine commencer la saison. Considéré comme une très bonne prise dans la draft car un des meilleurs prospects à son poste il pourrait venir renforcer la défense des Chargers de façon intéressante. Il aura à ses côtés des joueurs confirmés et déjà importants comme Joey Bosa et Derwin James. La défense des Chargers devrait donner du fil à retordre à leurs adversaires. Et quand on connaît l’importance d’une défense de haut niveau pour aller loin en playoffs et faire une bonne saison cela laisser présager de bonnes choses pour les Chargers. 

Les faiblesses : 

Les Chargers ont un roster de qualité, tout dépendra de leur capacité à lancer leur rookie Justin Herbert ou bien de combien de si Tyrod Taylor sera à la hauteur de l’opportunité que l’on devrait lui donner de commencer les premiers matches de la saison. On peut aussi penser à leur faiblesse en ligne offensive qui s’est montrée l’an dernier pourrait être un gros problème car sans bonne protection il sera difficile à ces deux QB d’évoluer. Mais, les signatures de Trai Turner en provenance des Panthers et Bryan Bulaga des Packers pourraient mitiger la donne.

Pour conclure même si Kansas City figure encore favori pour remporter la division, cette année plus que jamais la concurrence sera rude. Et si Mahomes ne se blesse pas et peut jouer une saison entière on voit mal comment ils pourraient être mis à mal. En ce qui concerne la seconde place, c’est une toute autre affaire, et tous les autres candidats sont largement de taille. Avec toutefois quelques réserves de voir comment les rookies vont se développer.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.