A-t-on une chance de voir une saison 2020 de baseball ?

Photo de Pixabay sur Pexels.com

Les deux parties ont soumis leur vision d’une reprise de la saison sur le plan économique mais aucun accord n’a encore été trouvé. 114 ? 82 ou 50 matchs ? Salaires entièrement pro-ratisés ? Le nombre d’options sur la tables semblent suffisamment nombreuse pour que la MLB et la MLBPA trouvent un compris. Au risque de mettre le baseball dans une position délicate.

Le nombre de matchs en question

C’est le point de friction entre les deux parties. D’un côté, plus les joueurs joueront de matchs, plus ils gagneront d’argent. De l’autre, les propriétaires clamant que plus il y aura de matchs, plus ils perdront d’argent.

Les premières propositions faisaient état de 114 matchs pour les joueurs et 82 matchs pour la MLB. Mais sur le plan économique, le manque à gagner pour les franchises par matchs serait beaucoup trop important. Pas de revenus tirés des tickets, des boissons, produits dérivés , seuls les revenus télévisés renfloueraient les caisses des franchises MLB.

Pour les joueurs la donne est différente. Plus de matchs joués = plus de salaire. La pro-ratisation des salaire entraîne logiquement cette proposition.

Ces derniers jours, le chiffre de 50 matchs a été pour la première fois prononcé. Il émanait de la MLB; comme une fin de non recevoir sur le chiffre de 114 matchs de la MLBPA.

Entre 114 et 50 il y a un juste milieu qui doit pouvoir contenter les deux parties. Trivialement, 70 matchs pourrait constituer un juste milieux pour les joueurs et la MLB. Il ne faut cependant pas oublier qu’en dernier ressors, c’est Rob Manfred qui aura le dernier mot sur le nombre de matchs joués.

La question des salaires : premier point d’accord

Il faut aussi voir le positif dans cette situation. La MLB a consenti à ne plus réduire d’avantage les salaires des joueurs après une proposition réduisant de près de 80% les salaires des joueurs les mieux payés.

La MLB s’est donc ré-alignée avec l’accord de Mars ainsi que la dernière proposition sur la pro-ratisation totale des salaires. Ainsi les joueurs obtienne gain de cause sur avoir un salaire par matchs joués, comme il l’aurait été lors d’une saison normale.

Un point de désaccord subsiste encore: le report de paiement. Les joueurs ont proposés de reporter le paiement d’une partie de leur salaire à condition que la post-season n’ait pas lieu. Les propriétaires semblent opposer à cette mesure car aucun revenu n’est garanti pour la saison 2021 !

La MLB peut-elle se permettre une saison blanche ?

La réponse est simple: Non. La dernière fois où les World Series n’ont pas eu lieu (1994), la MLB s’est retrouvé dans une situation extrêmement compliquée. En 2020, ce serait sans doute pire.

Les audiences TV sont en baisses, la moyenne d’âge augmentent, la fréquentation des stades est aussi en baisse: le sport historique des États-Unis est dans une position très délicate. Auprès de son audience, un blocage lié à l’argent n’aura pas bonne presse (ce qui est déjà sans doute le cas).

Cette saison 2020 doit être vu comme un investissement sur les années à venir. Les joueurs et les propriétaires doivent lâcher du lest pour investir dans l’avenir de leur sport. Le peuple américain veut revoir du baseball en 2020, nous voulons revoir du baseball en 2020.

Alors gentleman, soyez raisonnables !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.