NHL : Seattle, un marché à (re)conquérir, épisode 1

L’épidémie de coronavirus a mis à mal les 31 équipes de la NHL, ou plutôt les 32. En effet, la nouvelle franchise de Seattle, qui verra réellement le jour lors de la saison 2021-22, a, elle aussi, été impacté. Si vous vous demandez quel est le nom de l’équipe, c’est que l’annonce devait être faite au printemps. En attendant de le savoir, nous vous proposons de découvrir ce marché à (re)conquérir.

Il était une fois …

Seattle et le hockey, c’est un peu une histoire d’amour qui dure, avec des hauts et des bas.

À l’origine du hockey à Seattle, on retrouve les frères Lester et Franck Patrick. Ces noms vous disent peut-être quelque chose. Si c’est le cas, soit vous savez qu’ils sont tous les deux au Temple de la Renommé, le premier en tant que joueur, le second en tant que bâtisseur à l’origine d’un grand nombre de changement dans le hockey ; soit vous connaissez le trophée Lester Patrick récompensant la ou les personnes ayant contribué au développement du hockey aux États-Unis. Dans les deux cas, chapeau !

Source: The Free Agent

Les frères Patrick fondent la Pacific Coast Hockey Association en 1911 mais il faudra attendre 1915 pour que la première équipe à Seattle voit le jour. Les Metropolitans affrontent Vancouver, Portland, Spokane ou encore Victoria, selon les années.

Source: The Free Agent

C’est un beau roman

En 1917, en tant que champions, les Métropolitans ont gagné le droit d’affronter le champion d’une autre ligue, la National Hockey Association, ancêtre de la NHL, et de concourir pour la Coupe Stanley. À cette époque pas question de voyager d’un bout à l’autre du pays plusieurs fois, la série se déroule donc en alternance chez le représentant d’une des deux ligues. Ce sont les Canadiens de Montréal qui font donc le déplacement dans l’état de Washington.

Après une défaite lors du premier match, Seattle remporte les deux suivants et n’est plus qu’à une victoire de remporter le Graal. Le 26 mars 1917, les Mets ne font qu’une bouchée des Montréalais en l’emportant 9 à 1. Ils deviennent la première équipe américaine à mettre la main sur le trophée… enfin pas tout à fait.

Ce n’est que quelques mois plus tard que les joueurs pourront célébrer avec la coupe, Montréal, sûr de sa victoire, ou ne voulant peut-être pas s’encombrer lors du voyage n’avait pas pris la peine d’emporter le trophée.

Source: SB Nation

Les premières désillusions

L’année suivante, la ligue met en place un système de playoffs et Seattle perd aux mains de Vancouver. En 1918-1919, les Metropolitans se vengent et affrontent une seconde fois les Canadiens. Après un match nul et deux victoires à deux, la série est stoppée. Les autorités locales refusent d’entasser des spectateurs dans une patinoire craignant une propagation de la grippe espagnole… L’histoire leur donnera raison puisque Joe Hall, joueur des Canadiens, décédera de cette maladie. C’est la seule fois de son histoire que la Coupe Stanley se trouvera orpheline.

Source: Histoire Canada

En 1920, champion de la PCHA, Seattle se rend à l’est pour y affronter les Sénateurs d’Ottawa, champions de la NHL qui a remplacé la NHA en 1917.

Dos à dos avec deux victoires chacun, les deux clubs sont délocalisés à Toronto du fait de l’état de la glace naturelle en extérieur à Ottawa. Les Metropolitans rentreront cependant les mains vides perdant le cinquième et dernier match.

Ce sera également la dernière fois que les Mets ont eu la chance de gagner la Coupe Stanley, ne gagnant plus le championnat PCHA. Pire encore quatre années seulement après avoir perdu en finale, le club est dissout par manque de moyens. La patinoire sera transformée en parking.

L’histoire se termine ainsi pour les Metropolitans mais pas pour le hockey à Seattle…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.