Pour Jason Giambi, le scandale des Astros « n’est pas plus différent » que celui des stéroïdes.

Jason Giambi
(Photo by Al Bello/Getty Images)

En fin d’année 2019 et plus récemment en avril 2020, le scandale du vol de signe par les Astros de Houston et les Boston Redsox a éclaté. Les deux franchises ont été sévèrement puni pour cela, surtout les Astros. Condamné à 5 millions de dollars d’amende et la suppression de deux choix de draft, les Astros ont payé un lourd tribut pour leur tricherie.

Dans tout sport, les équipes essayent de trouver un avantage compétitif vis à vis des autres équipes. Dans les années 90, l’utilisation de stéroïdes étaient très répandues en MLB et des joueurs comme Barry Bonds ou encore Jason Giambi, ont avoué les avoir utilisés.

Mais ce dernier vient de faire une sortie médiatique interessante. L’ancien première base des Yankees de New-York a comparé la Steroïd Era au scandale des Astros, ne voyant pas « de différence » entre les deux.

Il a raison sur un point le fait que durant ces deux périodes les franchises et les joueurs ont voulu trouver un moyen d’avoir un avantage concurrentiel et compétitif à vis-à-vis de la concurrence.

Par contre comparer une tricherie organisée d’équipe avec une augmentation individuelle des performances par l’utilisation des steroides n’est je ne pense pas recevable. l’utilisation des steroides a permis à certains joueurs d’augmenter leur performance individuelles pour mieux frapper au bâton marqué plus de plus vite.

La tricherie organisée des Astros leur a permis de pouvoir mieux anticiper les lancers adverses et donc potentiellement aussi d’avoir gagné les World series en 2017. Boston a aussi été condamné dans une moindre mesure, la ligue estimant la tricherie moindre que celle des Astros.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.