Un vent d’optimisme souffle sur la NBA

Credit photo: Jonathan Bachman/Getty Images

Depuis Octobre 2019, nous étions en train d’assister à l’une des plus grande saison NBA de l’histoire et puis le Covid-19 est venu tout gâcher.
Tout le monde garde en mémoire cette soirée étrange où après l’annonce du test positif de Rudy Gobert, la NBA a décidé de suspendre la saison pour une durée indéterminée. On se souvient de la réaction du proprio des Mavs, Marc Cuban, abasourdi et choqué de la nouvelle.

Tout le monde l’était, nous l’étions aussi.

Après plus d’un mois sans basketball, tous les esprits sont tournés vers l’après. Quand doit-on reprendre ? Doit-on finir la saison régulière ? Juste les playoffs ? Confiner tout ce beau monde à Las Vegas ?

Autant de questions qui circulent tous les jours dans toutes les strates de la ligue et même du pays. Et cela remonte même jusqu’au Président des États-Unis, Donald Trump, qui a réuni il ya une semaine de cela, les dirigeants des ligues sportives américaines. Il souhaite ardemment une reprise du sport, au moins télévisé, pour sans doute redonner un espoir au peuple.

Ce peuple si durement touché par la pandémie. On comptabilise aujourd’hui plus de 30 000 morts et 640 000 personnes contaminées. Des chiffres qui font froid dans le dos.

Alors reprendre, oui mais pas à n’importe quel prix.

Adam Silver l’a bien compris. La NBA ne prendra aucune décision avant le 1er mai. Le Board of Governers doit se tenir ce vendredi par video conférence, pandémie oblige. Adam Silver sera sans doute de la partie et rappellera aux dirigeants qu’il ne faudra sans doute pas se précipiter mais que le temps est à l’étude des possibilités.

Cependant, la NBA ne peut pas décider seule. Elle doit s’appuyer sur les autorités sanitaires ainsi que sur les autorités fédérales. Ces dernières se sont notamment montrées pessimistes quand à une reprise « comme avant » du sport sur le territoire américain. Mais les retransmissions télévisées des rencontres semblent plus probables aujourd’hui.

La chance de la NBA est qu’elle a déjà réalisée plus de 80% de sa saison régulière. Ce qui en fait sans doute la plus à même de pouvoir terminer « normalement » sa saison.

À l’instar des autres ligues, l’idée d’un endroit unique où se déroulerait les rencontres est plutôt bien accueillie par les joueurs. Tous semblent motivés à jouer et terminer cette saison. On sait combien Mike Trout, le joueur de baseball des Los Angeles Angels, s’est montré réticent à cette idée. Mais la MLB doit faire une saison entière et c’est la toute la différence.

Las Vegas comme point de rassemblement

Les dernières années ont montré un réel intérêt de la ville pour le basket et même le sport en général. Rappelons que les Golden Knights en NHL font salle comble à chaque match, et que les Raiders déménagent cette année à Sin City. Les matchs de Summer League qui ont eu lieu dans la ville du Nevada se sont toujours extrêmement bien passés.

De plus, Vegas dispose d’un parc hôtelier suffisamment vaste, un réseau de salle de basket qui font grandement pencher la balance en sa faveur.

Mais certaines question restent encore en suspens.

Quid des tests sanguins ?

Aujourd’hui, les USA disposent de tests sanguins, en nombre…pas assez suffisant. De plus, ces tests donnent des réponses beaucoup trop lentes et ont quelques biais. Alors que faire ?

Tester joueurs et staff ? rendre les résultats publiques ?

Quand la population ordinaire manquent cruellement d’équipement pour faire face (On pense ici à New-York), mobiliser des moyens logistique colossaux n’auraient sans doute pas bonne presse. La NBA a rendu possible le fait de ne pas divulguer publiquement les résultats de ces test. Ainsi, si le joueur le souhaites, comme Mitchell ou Smart, il peut rendre cela publique.

Une guerre de relation publique deviendrait sous-jacente. Tout ceci rajoute encore de l’incertitude sur la reprise.

Nous avons vu il y a quelques jour la volonté des general manager et des staffs techniques d’avoir un mois de battement entre l’annonce de la reprise et une reprise effective. Tout ceci, pour éviter des blessures et remettre tout le monde sur de bons rails. Très bien, mais dans ce cas, on commence à jouer en Juin et on termine en Aout et la saison prochaine recommence en Octobre ? Le calendrier a donc son importance.

A Lire aussi: Les GM et les entraîneurs réclament au moins un mois de préparation avant une reprise

Alors oui, les joueurs, la ligue, les fans veulent revoir du basket à la télé à minima. Toutes les pistes évoquées donne un cap, un objectif commun à atteindre, une source de motivation quotidienne.

Au risque de jouer les cassandre, je pense qu’il vaut mieux attendre, ne prendre aucun risque et ne pas compromettre la saison 2020-21. Mais cela me fend autant le coeur que vous.

Téléchargez l’application The Free Agent

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.