NBA: Mais que se passe-t-il chez les Houston Rockets ?

NBA: Les Houston Rockets n'y arrivent plus. Le  super small ball montre ses limites ?

La saison 2019-2020 des Houston Rockets est une énigme pour beaucoup de spécialiste. Arrivée de Westbrook, Trade de Capela ou encore Ultra Small Ball, plus personne en comprend vraiment où vont les Rockets en cette saison NBA.

Essayons de décrypter comment cette équipe des Houston Rockets a pu passer en un an d’une finale de conférence Ouest NBA à quatre défaites de suite face à des équipes supposées plus faible ?

Début de saison: l’arrivée de Westbrook pour soulager Harden

Toutes les grosses écuries NBA ont formé un duo de star et les Houston Rockets n’échappent pas à la règle et font signer Russel Westbrook, lassé de ne rien gagner à Oklhaoma.

Il reforment le duo avec Harden qu’ils formaient à l’époque à OKC. Deux gros scoreurs, tout le monde se dit que Houston va tout péter à l’Ouest cette saison.
L’adaptation de Russ West a été compliquée au début de la saison. Le jeu en isolation des Rockets ne correspondant pas forcément à son style. Pourtant les Rockets font un bon début de saison avec 7 victoires en 10 matchs.
Russel Westbrook a su adapter son jeu devant moins franc tireur à trois points et plus passeurs.

Mais l’effet escompté n’a pas vraiment eu lieu. Houston est devenu sur-dépendant de son duo et, comme par le passé, de son adresse longue distance.
La trade deadline change la donne.

Au revoir Capela. Bonjour l’ultra Small Ball.

On avait eu l’habitude par le passé de voir des équipes jouer pendant une certaine période d’un match en small ball.
Prenez les Warriors par exemple, cela ne leur a pas trop trop mal réussis.
Mais lors de la trade deadline, Houston va expérimenter quelque chose d’inédit en NBA: finir la saison avec uniquement des joueurs de moins de 2 mètres.
Il trade Clint Capela, machine à protéger la raquette , contre Robert Convington !

Autant vous dire que toute la planète basket s’est demandé ce que les Rockets avait derrière la tête. A l’approche de matchs contre Utah et Boston, on se dit que leur ultra small ball va se faire manger par les big men de ces équipes. On parle de Rudy Gobert tout de même!
Et bien pas du tout ! Ils ont vraiment surpris leur monde en proposant ce jeu. Et c’est là que Westbrook s’est révélé être le catalyseur de l’attaque des Rockets.
Les équipes adverses laissant la raquette peu protégée, Russel Westbrook peut l’attaquer et aspirer les défenses vers lui. Il peut ainsi laisser des tirs ouverts à ses coéquipiers.
Mike D’Antoni va donc appuyer à fond sur ce qui fait l’adn de son équipe: le shoot.

Le Super Small Ball est-il en train de montrer ses limites ?

Le calendrier leur est plutôt favorable: les Knicks, Cleveland et Orlando. De quoi creuser l’écart avec le Jazz pour la 4ème place à l’Ouest. Il n’en est rien.

Le problème lorsque l’on base son jeu sur un homme et un shoot, c’est que si l’un ou l’autre n’est pas bon, ça devient difficile.
Voici leur stats depuis 4 matchs:
> 0-4 vs Knicks, Clippers, Hornets & Magic
> 42% au shoot
> 29% à 3PTS

Alors peut-on déjà parler de crise et de limite du super small ball ?
Il est trop tôt pour le dire. Bien entendu que Harden va retrouver son adresse et que les Rockets ne vont pas enchaîner 20 matchs sans gagner.
Maintenant, il faudra sans doute trouver de nouvelle solutions offensivement pour ne pas être trop dépendant du duo.

Si cette équipe est prête et adroite au moment M, elle peut battre n’importe qui comme elle l’a déjà fait cette saison.
Pour le moment 6ème de la conférence Ouest (39-24), Houston aura l’occasion de se relancer face à Minnesota ce mardi au Toyota Center.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.